04 février 2009

Sébastien PITOIZET / Brice PARADIS

 

 

I) Actualité des moteurs de recherche


1) 31 janvier 2009, le jour où Google a bugué

2) La crise n’a pas épargné Yahoo !

3) Mozilla invite les étudiants à imaginer le futur Firefox

 

II) Nouvelles fonctionnalités sur la toile


1) Google Earth et Google Street View

2) Gmail et son nouveau système de messagerie hors ligne

3) Chrome se fait passer pour Safari pour faire fonctionner Hotmail

 

III) Sécurité et cybercriminalité

 

1) Cybercriminalité

2) Wikipedia veut d’avantage contrôler ses publications

3) Téléchargement illégal : l’Angleterre ne veut pas de la riposte graduée

4) Loi Création et Internet : Sarkozy promet son adoption en mars

5) Le site d’emploi de Monster à nouveau piraté

6) La musique en ligne


 

I) Actualité des moteurs de recherches

1) 31 janvier 2009, le jour où Google a bugué

google


L’information a fait l’effet d’une bombe sur internet et tous les sites se sont arraché la nouvelle. Une preuve vivant que même un géant mondial tel que Google peut montrer des défaillances. En effet, la journée de samedi 31 janvier restera gravée dans la mémoire des cybernautes comme le jour où Google a bugué. Aux environs de 14h30, les internautes effectuant une recherche sur le moteur ont pu voir s’afficher en guise de résultat, le message « Ce site pourrait endommager votre ordinateur » ou « This site may harm your computer ». Ce message s’est affiché sur tous les sites référencés par Google, c'est-à-dire presque tous les sites de la planète.

 

Le bug aura duré une quarantaine de minutes et la situation a commencée à se rétablir autour de 15h10 et sera entièrement stabilisée vers 15h25.


Sur le blog officiel de Google, la vice-présidente Marissa Mayer s’excuse et s’explique. « Il s’agit simplement d’une erreur humaine » proclamera-t-elle. Incriminant tout d’abord le site stopbadware.org, un fournisseur de listes de sites dangereux avec lequel le groupe travaille. Mais 30 minutes plus tard, le site en question dément cette information et dénonce sa mise en cause. Google publiera ainsi un mea culpa et reconnaîtra être le seul responsable.


En fait, ce message d'alerte s'affiche uniquement lorsqu’un réel danger est identifié par Google, un risque de présence de logiciels malicieux par exemple. Une liste de sites potentiellement dangereux est tenue à jour sous la forme d'un traitement manuel et automatique, en association avec le site StopBadware.org. Il s'agirait d'une erreur de manipulation sur l'ensemble de la base de données des sites référencés par le moteur qui aurait eu pour effet de marquer toutes les URL comme suspectes d'héberger des codes malicieux. Le résultat fût que la règle de sécurité qui empêche l'accès à de tels sites aurait été appliquée à l'ensemble de la base Google, autant dire à la quasi totalité du web. 


Le tir a été rétabli assez rapidement mais ce bug soulève beaucoup d’interrogations. Les visites générées par Google ont chutées de 90% en ce qui concerne le web français. Une catastrophe pour le e-commerce pour lequel le samedi après midi est considéré comme son « prime time ». On voit ainsi que de nombreux sites sont donc extrêmement dépendants de Google. C'est le moteur qui façonne la relation que les internautes entretiennent au Web. Beaucoup d'internautes s'imaginent d'ailleurs que Google, c'est le Web. Ils n'ont pas d'autres réflexes. C'est encore plus vrai en France qui est l'un des pays les plus accrocs à Google. Il est clair que le pouvoir de Google et la dépendance des sites français à son égard est dangereuse.

 

Le problème de compétitivité entre les moteurs de recherches est aussi devenu un aspect fondamental des recherches liées au web.


Sources :


http://www.vnunet.fr/news/une_heure_d_egarement_sur_google_-2030027


http://www.lemondenumerique.com/?p=9465

 

http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39386890,00.htm?xtor=RSS-1


http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/interview/samedi-les-visites-generees-par-google-ont-chute-de-90.shtml


http://www.pcinpact.com/actu/news/48837-bug-google-benefique-principaux-concurrents.htm


2) La crise n’a pas épargnée Yahoo !



Le moteur de recherche a plongé dans le rouge au quatrième trimestre 2008 avec une perte nette de 303 millions de dollars. Carole Bartz, PDG du groupe depuis deux semaines a été ferme. Elle ne veut pas vendre Yahoo ! L’offre de rachat à 47 milliards de dollars par Microsoft n’est donc toujours pas d’actualité, et la patronne désire continuer la route en solo.


La patronne prétend avoir inclus beaucoup de nouveauté à son moteur de recherche l’année dernière et compte continuer ainsi. Pour l'avenir, Carol Bartz a souligné ses priorités : clarifier la stratégie du groupe, améliorer le processus de prise de décision et rendre « plus agile » l’organisation. 

 

Toujours loin derrière Google qui monopolise 63,6% des recherches sur Internet aux États-Unis, Yahoo ! constitue lui 20,5% loin devant Microsoft qui n’est qu’à 8,5%. Malgré la chute des revenus et les pertes du groupe, l’action de Yahoo reste cependant stable à 46 cents.

 

Sources :


http://www.lefigaro.fr/societes/2009/01/29/04015-20090129ARTFIG00353-yahoo-n-exclut-pas-la-vente-de-son-moteur-de-recherche-.php

 

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/01/28/yahoo-dans-le-rouge-au-quatrieme-trimestre-mais-moins-que-prevu_1147393_651865.html#ens_id=1147394

 

http://www.lesechos.fr/info/comm/4824660-carol-bartz-ne-veut-pas-vendre-yahoo-a-microsoft.htm


3) Mozilla invite les étudiants à imaginer le futur Firefox


Un concours de design est organisé par Mozilla afin de relooker entre autre son navigateur Internet, Firefox, mais aussi, le Web en général. « A quoi ressemblerait un navigateur Web si le Web était tout ? » Voici la question à laquelle peuvent répondre des étudiants, une question qui ressemble fort à une question de philosophie mais qui a pour objectif d’ : « inspirer les futures orientations de Firefox, le projet de Mozilla, et du Web tout entier », précise Mozilla Labs. Ce concours nommé Design Challenge s’adresse aux étudiants du monde entier qui doivent déposer une maquette de leur projet avant le 1er mars 2009. Mozilla tente d’orienter ces projets vers un concept de Web omniprésent qui, dans un futur proche devrait être accessible via des écrans géants, des tables tactiles, ternimal mobile et bien sûr sur PC. Mozilla parle d’un Web « sans fenêtres » et se projette sur un avenir où Internet sera omniprésent à travers de nouveaux modes d’interaction.


Seuls 20 projets seront retenus. On voit une volonté de la part de Mozilla de faire participer l’internaute à son futur monde virtuel, et ainsi l’impliquer au cœur même de l’Internet. Ceci peut aussi être vu comme une concurrence directe avec le géant Internet Explorer 8 dont la version finale sera très bientôt disponible. En faisant participer des étudiants, on voit une sorte de lien qui uni Mozilla avec cette population qui est certainement la plus utilisatrice des navigateurs Web, un lien humain qui « fidélise » les étudiant avec le navigateur Internet libre.

 

Sources :

 

http://www.01net.com/editorial/401945/mozilla-invite-les-etudiants-a-imaginer-le-futur-firefox/

 

http://www.generation-nt.com/mozilla-design-challenge-spring-2009-actualite-223371.html

 

http://fr.news.yahoo.com/17/20090128/ttc-avec-design-challenge-mozilla-compte-6a3d054.html

 

II)   Nouvelles fonctionnalité sur la Toile

            1) Google Earth et Google Street View


Google sert la lutte contre la drogue, mais tue Bambi


Les outils de géolocalisation de Google, entre autres Google Earth et Google Street View ont récemment fait parler d’eux. Dans le premier cas, Google Erath a permi de trouver par hasard un champ de cannabis dissimulé au cœur d’un champ de maïs et donc invisible depuis le sol. Les policiers suisses étaient à la recherche des membres d’un réseau de trafiquants de drogues depuis plusieurs semaines quand il leur est venu à l’idée de tenter de localier le domicile d’un agriculteur suspect grâce à Google Earth. Les images satellites ont révélé un champ « bizarre » au centre même d’un champ de maïs d’environ 7500 m². La police a tout de suite compris qu’il s’agissait d’une plantation, ainsi le réseau a pu être démantelé. Même si Google Earth a servi à aider la justice, le problème de la vie privée reste d’actualité.

 

Dans le second cas, l’outil Google Street View diffuse des images d’une biche en train de se faire percuter par une Google Car. Les Google Car sont les voitures de Google équipée de cameras panoramiques sur le toit, et qui parcourent le monde afin d’alimenter Google Street View avec ses clichés. Dernièrement, une de ces voitures a percuté une biche et les images ont été diffusées, choquant de nombreuses personnes. Des excuses publiques de la part de Google sur le blog du moteur de recherches suivront. Google précise également que le chauffeur a évidemment prévenu la police afin de retrouver la biche et vérifier qu’elle se porte bien mais celle-ci reste introuvable.


C’est en 2005 que Google Earth a été lancé. Suite à cela, d’autres outils de géolocalisation ont vu le jour pour scruter la lune, Mars, puis l’espace en général. La version 5.0 de Google Earth vient de voir le jour et cette nouvelle version inclut « Ocean » une fonctionnalité qui permet de scruter les océans. Cette fonctionnalité a été développée avec plus de 80 organismes privés ou publics.


La France pourra même bénéficier de 115 vidéos extraites de films de Cousteau. Avec Google Ocean, on peut voir par exemple l’activité volcanique des fonds marins, le déplacement de fausses marines ( avec des baleines suivies par satellites par exemple) avec un décalage pour éviter toute pêche frauduleuse. Les informations sur la température, le vent, la pression, etc. peuvent également être affichés à l’écran. Elle inclut aussi une sorte de sensibilisation avec les zones victimes de pollution, les zones protégées, les espèces en voie de disparition, etc.


Sources :

 

http://www.clubic.com/actualite-254410-google-sert-lutte-drogue-renverse-bambi.html

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/medias/multimedia/20090203.ZDN8103/avec_ocean_google_earth_5.0_explore_les_fonds_marins.html

 

http://www.servergamers.com/index.php?rssnews=41582


2) Gmail et son nouveau système de messagerie hors-ligne


Plus besoin de se connecter à Internet pour travailler sur Gmail

 

La messagerie de Google appelée Gmail est désormais utilisable hors-ligne. C’est du moins ce qui est développé avec cette messagerie mais il réside quelques bugs. Grâce un système de mémorisation du cache et de téléchargement en local de l’intégralité du compte, Gmail peut conserve en mémoire les dernier mails reçus. Ainsi, lorsque l’on est dans l’incapacité de se connecter à Internet, il est toujours possible de consulter sa boîte aux lettres électronique, de récupérer des pièces jointes, et de rédiger de nouveaux mails. Ceux-ci seront automatiquement envoyés lors de la prochaine connexion au réseau. Pour que cela fonctionne, il est nécessaire de télécharger Google Gears, un plug-in qui s’intègre à Firefox, Internet Explorer ou Safari. Google place ainsi l’utilisateur au centre de ses activités en lui permettant pour la première fois d’exécuter un travail en mode hors connexion alors qu’il paraît indispensable d’être connecté pour lire ses mails. Cette fonction est encore amenée à être plus amplement développée afin de prévenir certains bugs encore assez fréquents. Par exemple, certains mails écrits hors ligne pourraient ne pas être envoyés, surtout s’ils sont trop nombreux. Face à l’autre géant de la messagerie électronique Hotmail, avec Gmail, Google risque bien de se placer définitivement en tête de toutes les technologies Internet.


Sources :

 

http://www.infos-du-net.com/actualite/15129-gmail-hors-connexion.html

 

http://www.reseaux-telecoms.net/actualites/lire-gmail-desormais-operationniel-hors-connexion-19440.html

 

http://www.futura-sciences.com/newsrss-gmail-disponible-hors-connexion_846517_0.php


3) Chrome compatible avec Hotmail


Chrome se fait passer pour Safari pour faire fonctionner Hotmail

 

images


Lors de sa sortie officielle en septembre dernier, le navigateur de Google, Chrome, a d’emblée relancée la course aux navigateurs en dévoilant un moteur Javascript ultra rapide. Chrome a pourtant tout de suite montré quelques bugs, notamment un problème de compatibilité avec le service de messagerie Hotmail, autrement dit un énorme handicap puisque cette messagerie est utilisée par plusieurs dizaines de millions d’internautes. Cela représenterait donc des clients en moins pour le navigateur de Google.


Il y'a quelques jours, le navigateur à subit une mise à jour afin que Hotmail puisse détecter Chrome en tant que…Safari ! Car actuellement seuls Internet Explorer, Mozilla Firefox et Safari sont reconnus par Hotmail. Avec Chrome, la plupart des fonctionnalités ne marchaient tout simplement pas. Un bug donc réparé aujourd’hui, enfin, qu’à moitié puisqu’il semblerait que Microsoft soit au courant et travaillerait pour résoudre le problème.


Sources :

 

http://www.pcinpact.com/actu/news/48814-google-chrome-safari-hotmail-bug.htm

 

http://www.generation-nt.com/telecharger-google-chrome-hotmail-actualite-223861.html

 

La nouvelle version de Google est disponible à cette adresse :

http://www.google.com/chrome/index.html?hl=fr&brand=CHMI&utm_source=fr-et&utm_medium=et&utm_campaign=fr

 

III) Sécurité et cybercriminalité


1) Cybercriminalité


La cybercriminalité ferait perdre chaque année 1 000 milliards de dollars aux entreprises

 

Le 28 février s’est tenu le forum économique de Davos. Lors de cette rencontre des plus grands PDG d’entreprises du monde et tels que Mitchell Baker, présidente de la fondation Mozilla, Dave Dewalt, PDG de McAfee, et de spécialistes tels que Jonathan Zittrain, professeur de droit à Harvard et expert de l'Internet ou encore Andre Kudelski à la tête de la firme éponyme spécialisée dans la sécurité numérique, ceux-ci ont eu l'occasion de discuter de problèmes économiques actuels. Lors de ce forum, McAfee a rapporté que les entreprises ne protègent pas assez leurs données sensibles, comme la propriété intellectuelle. Il a fait part du fléau que constitue la cybercriminalité et qui se répand de plus en plus avec les années.


1 000 milliards de dollars, c’est l’évaluation globale des pertes subies par les entreprises à la suite de pertes de données ou d’actions cybercriminelles, présentée par l’éditeur d’antivirus qui a interrogé des entreprises des 8 pays différents. En analysant les réponses, il établit qu'en 2008, ces entreprises ont perdu l'équivalent de 4,6 milliards de dollars en données informatiques sensibles (données clients, données financières, brevets, etc.). Ces pertes auraient, par ailleurs, entrainé un coût de 600 millions de dollars pour établir de nouveaux dispositifs de sécurité. Si l’on rapport ces taux à l’ensemble des entreprises dans le monde, les pertes équivaudraient donc à près de 1 000 milliards de dollars.


A la différence de ce que l'on a pu observer par le passé, ces fraudes ne sont plus le fruit d'un petit génie isolé mais au contraire opérées par de réels gangs. L’étude met aussi l’accent sur la peur des entreprises face à leurs propres employés. En effet la crise économique inciterait de plus en plus les salariés au vol et au recel de données sensibles pour gagner de l’argent ou se faire embaucher par un concurrent. En prenant conscience de la nouvelle face de la cybercriminalité et de son potentiel économique, un avocat aurait formé une équipe de 300 personnes (experts en informatique, avocats, hackers...) afin de commanditer plusieurs opérations.


Aujourd'hui, les experts s'interrogent sur une régulation de la Toile et notamment sur le degré d'autorité exercé par une police éventuelle. En tout cas on peut se demander si la cybercriminalité est une autre conséquence de la crise.


Sources :

 

http://www.clubic.com/actualite-254752-cybercriminalite-pleine-croissance.html

 

http://www.01net.com/editorial/402185/la-cybercriminalite-ferait-perdre-chaque-annee-1-000-milliards-de-dollars-aux-entreprises/

 

http://www.vnunet.fr/news/cyber_criminalite_la_fraude_qui_valait_mille_milliards_de_dollars-2030036


2) Wikipédia veut davantage contrôler ses publications

wiki


Le 27 janvier, des fausses informations concernant la mort de deux sénateurs américains ont circulé sur Wikipedia. Suite à cela, l’encyclopédie collaborative internationale la plus célèbre a donc revu son projet en vérifiant encore plus les articles publiés. La diffusion de fausses informations est très grave et remet en cause la crédibilité de Wikipedia, notamment d’un point de vue de documentaliste qui doit sans cesse vérifier la validité et la pertinence de l’information. Le changement de procédure de vérification des articles a été validé à 60 % environ par les internautes sondés. Une modération plus assidue avait déjà été effectuée quelques années plus tôt, mais avec la popularité croissante de cette encyclopédie, il devenait impossible de vérifier tout ce qui était publié. C’est désormais quasiment obligatoire pour que son article soit paru sur Wikipédia.

 

Sources :

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/medias/multimedia/20090127.OBS1639/wikipedia_veut_davantage_controler_ses_publications.html

 

http://www.24heures.ch/depeches/hi-tech/wikipedia-envisage-durcir-regles-publication


3) Téléchargement illégal : l’Angleterre ne veut pas de la riposte graduée


Face au téléchargement Peer to Peer, les décisions de réactions des pays ne sont pas les mêmes. Certains comme le Canada brident le protocole et interdissent de ce fait, tout échange de fichier entre les internautes. Les États-Unis, eux engagent des procès contre les pirates. La France et l’Italie vont mettre progressivement en place le système de riposte graduée. L’Angleterre cependant, refuse l’application d’un tel système, considérant notamment que ce système serait trop dur à appliquer.


David Lammy, le ministre en charge de la propriété intellectuelle a déclaré dans une interview au Times « On ne peut pas avoir un système qui consiste à aller arrêter des adolescents dans leur chambre. Les gens peuvent louer une chambre d'hôtel et repartir avec le savon – il y a une grande différence entre partir avec un savon et partir avec la télévision. ».


Les majors, particulièrement déçus d’une telle argumentation se sont permis de répliquer : « Le coût relatif du vol d'un savon dans un hôtel est peut-être faible, mais si sept millions de gens volaient du savon tous les ans, ce qui se passe dans l'industrie musicale, je suis certain que les chaînes d’hôtel ne resteraient pas sans rien faire. »


Contrairement à la France donc, la Grande Bretagne ne compte pas adopter la riposte graduée pour le moment. Il faut d’ailleurs dire que l’achat de musique sur les plateformes légales est évalué à 110 millions de morceaux numériques vendus en 2008, c'est-à-dire une hausse de 48% par rapport à l’année passée.


A l’inverse de la Grande Bretagne, l’Irlande et plus particulièrement le plus gros fournisseur d’accès à internet (Eircom) a, accepté l’application de la riposte graduée.


Sources :

 

http://www.numerama.com/magazine/11839-Riposte-graduee-l-Angleterre-fait-marche-arriere-l-Irlande-cede-aux-pressions.html

 

http://www.pcinpact.com/actu/news/48678-riposte-graduee-royaume-uni-lammy.htm


4) Loi Création et Internet : Sarkozy promet son adoption en mars


"J'ai demandé que la loi création et Internet soit définitivement votée en mars prochain", c’est ce qu’a déclaré Nicolas Sarkozy en installant le nouveau Conseil pour la création artistique. Il estime en effet que cette loi va beaucoup influencer les comportements, en ayant un effet positif. Le texte parle de riposte graduée. Sarkozy parle d’un téléchargement qui « tue la création » et la loi prévue pour mars doit permettre le « renouveau de la création artistique ». Il souligne aussi qu’il veut que « la culture soit notre réponse à la crise économique mondiale ». Le contenu de la loi fera d’Internet « un fantastique lieu de création et d’échange» toujours selon le Président de la République.

 

Le texte de loi est disponible en téléchargement à cette adresse : http://www.nonfiction.fr/article-1257-le_projet_de_loi_creation_sur_internet_decortique_par_terra_nova.htm

 

Il va sans dire que la loi ne réjouit pas les jeunes, qui sont certainement les plus gros consommateurs de musique téléchargée illégalement.


Sources :

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/02/02/01011-20090202FILWWW00422-la-loi-creation-et-internet-votee-en-mars.php

 

http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39386905,00.htm


5) Le site d’emploi Monster à nouveau piraté


Le site Monster.com est un site d’offre d’emploi et donc, beaucoup consulté en période de crise. Ce site recueille de nombreuses informations concernant les données personnelles de ses membres et le site dispose donc d’une base de données. Le site s’est rendu compte que des pirates avaient visité la base et récupéré de nombreux mots de passes et de logins. Afin de prévenir toute atteinte, Monster a récemment conseillé à ses utilisateurs de se créer un nouveau compte ou de changer rapidement de mot de passe. Une telle intrusion de la part des pirates dans la base de données n’est pas une nouveauté. En effet, en août 2007, une première faille avait visé plus de 1,3 millions de comptes. Pour cette fois, Monster ne donne pas de chiffres quant au nombre de comptes piratés, mais confirme qu’apparemment les données dites sensibles (numéro de sécurité sociale, ou informations bancaires personnelles) n’ont pas été concernées par ce piratage.


Sources :


http://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/01/27/le-site-d-emploi-monster-a-nouveau-pirate_1147002_651865.html#ens_id=1147009

 

http://benefice-net.branchez-vous.com/actubn/2009/01/le_site_demplois_monster_pirat.html

 

http://www.lepoint.fr/actualites-technologie-internet/pirate-monster-com-perd-encore-des-donnees-personnelles/1387/0/311263


6) Musique en ligne

 

En Janvier 2009 s’est tenue la dixième édition du MidemNet, consacré aux nouvelles technologies dans la musique. Ce forum à été l’occasion de faire le point sur le business et la place des fans dans l’industrie musicale. Il a été dit qu’il faut aujourd’hui se focaliser sur le fan : entretenir son intérêt, fournir des contenus exclusifs, tisser une relation étroite avec l’artiste ect.


« Les sites d'artistes sont encore extrêmement pauvres, estime Neil Cartwright, directeur et fondateur de Million Media, spécialiste du marketing numérique dans la musique. Créer des sites Web, collecter des données, animer des communautés, certains artistes sont nés dedans et le font même pour s'amuser, mais la plupart n'ont pas le temps. Les artistes aujourd’hui doivent être partout, faire du blog et du réseau social » pense Denzyl Feigelson, fondateur de la société Awal (Artist Without a Label), spécialisée dans le conseil en marketing numérique.


Internet est aussi un vecteur permettant aux fans de financer une tournée d’un artiste ou encore un album. Ainsi la chanteuse Jill Sobule enregistre son prochain album grâce aux dons des internautes. Mark Kelly, du groupe anglais Marillion, a relaté comment, à la fin des années 1990, les fans ont financé une tournée américaine. Ayant appris par l'intermédiaire d'une mailing list que Marillion n'en avait pas les moyens, les fans lui ont envoyé 60 000 dollars par Internet. « Y compris des gens qui savaient qu'ils n'iraient pas aux concerts. Simplement, ils aimaient ce que l'on faisait et voulaient que ça continue », a expliqué Mark Kelly. Le groupe poursuit depuis une carrière en ligne, entièrement financée par les fans.


Lancement d’un nouveau site de téléchargement de musique :


Sur un marché de la musique en ligne dont la demande est déjà bien satisfaite par les sites d'écoute ou de téléchargement généralistes, l'éditeur Yves Riesel, spécialisé dans les disques de musique classique, a décidé de tenter sa chance avec un nouveau concept de site haut de gamme : Qobuz.com. A la fois magazine (en partenariat avec Classica), communauté d'internautes, Qobuz propose surtout un catalogue de fichiers musicaux à télécharger en mp3 complétés d'une riche documentation liés aux enregistrements.


Qobuz serait déjà constitué d'une communauté de 37 000 membres, à 80% des hommes, d'un âge moyen de 42 ans et prêts à dépenser en moyenne plus de 6 euros sur chaque commande.


Sources :


http://www.01net.com/editorial/401427/pirates-l-industrie-musicale-veut-seduire-le-fan-qui-est-en-vous/?rss

 

http://www.midem.com/


http://www.clubic.com/actualite-254236-musique-ligne-qobuz-parie-haut-gamme.html


http://www.pcworld.fr/actualite/qobuz-de-la-musique-en-ligne-version-haut-de-gamme/25741/

 

http://www.qobuz.com/

 

 

Posté par l3ideri2008 à 17:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


Commentaires sur Sébastien PITOIZET / Brice PARADIS

Nouveau commentaire