11 décembre 2008

Beuchot Amélie / Morin Marie-Cécile

Actualités Internet - Semaine du 5 au 11 Novembre

Plan:

I)Législation

          A) De la suite dans les évènements

                    1) Google Books

                    2) Le téléchargement

                              a) Luc Besson

                              b) Licence Warner Music

                              c) Dailymotion et SACEM

                    3) Conservation des données personnelles et privées

          B) Les nouveaux sujets de la semaine

                    1) Wikipédia: entre soutient et censure

                    2) Publitzer: prix pour journalistes

                    3) Obama et le plan de relance

II) Actualité du web

Petite parenthèse sur la souris...

          A) Google

                    1)Task Mail

                    2) Gmail allégé

                    3) Native Client

                    4) Google Earth

          B) Des navigateurs

                    1) Les nouveautés de Mozilla

                    2) Opera 10

                    3) Black Bird

          C) Sécurité

                    1) Facebook et le virus Koobface

                 2) Apple et les anti-virus

III) Conférences, publications, agenda

         A) Web 0.8

          B) Publications

          C) Agenda

_______________

I)Législation

          A) De la suite dans les évènements

                    1) Google Books

Le site Google Books a dernièrement proposé 125 millions $ pour faire cesser les poursuites des ayants droit américains, qui reprochaient depuis 2005 une numérisation aveugle et contraire au respect du droit d'auteur. Pour l'heure il n'a obtenu qu'un accord préalable du tribunal de New York

Le Syndicat national de l'édition (SNE) constate cependant que cet accord piétine le droit français en la matière, mais également la Convention de Berne. « En légitimant le principe de l’“opt out”, en obligeant les ayants droit à s’inscrire auprès d’un guichet unique pour faire valoir leurs droits et en méconnaissant le droit moral des auteurs, ce système va à l’encontre du droit d’auteur sans lequel ne peut se développer une offre pérenne et diversifiée de contenus numériques. »

Et tout comme les autres syndicats européens, le SNE estime que cette position en ce domaine doit être à tout prix évitée.

En face, Europeana reconnaît que « les droits de propriété intellectuelle sont un outil essentiel pour promouvoir la créativité, que les biens culturels de l'Europe doivent être numérisés, mis à disposition et conservés dans le respect absolu des droits d'auteur et droits voisins ».

Cette annonce conforte le SNE dans son action contre Google, qui se poursuivra « au nom de la défense de l’intérêt collectif de ses adhérents et pour réparer le préjudice causé à l’ensemble de la profession », conclut le SNE.

Reste que Google possède des avantages indéniables face à la bibliothèque numérique européenne. : l’avantage de l’initiative (lancement en 2004), et une échelle mondiale qui fonctionne dans toutes les langues.

Europeana souhaite traduire ses documents en 22 langues, mais en est encore bien loin… Néanmoins, elle n'a pas l'intention pour l'instant de proposer l'accès à des œuvres sous droits. Elle ne devrait donc pas rencontrer de difficultés de la part des auteurs et éditeurs.

http://www.ip-watch.org/weblog/index.php?p=1338

http://www.actualitte.com/actualite/6437-Google-Books-Europeana-SNE-proces.htm

http://www.infobourg.com/sections/actualite/actualite.php?id=13854

http://www.contre-feux.com/fluctuat/guerre-numerique-transatlantique.php

                    2) Le téléchargement

                              a) Luc Besson

Luc Besson « Il faut proposer les films sur Internet juste après la sortie en salle »

Le réalisateur et producteur Luc Besson président d’Europacorp, propose des solutions pour lutter contre le piratage. Pour lui, il faut proposer des films sur Internet juste après leur sortie en salle, car le téléchargement illégal de films cause trop de tort au cinéma : « Aujourd'hui, les jeunes ont le choix entre voir un film dans une salle de cinéma pour 7 euros et rester chez eux où ils peuvent le visionner gratuitement avec le téléchargement illégal. Ce n'est pas tenable. ».

De son point de vue, le problème réside dans le fait que le délai entre la fin de diffusion d'un film au cinéma et sa sortie en DVD, soit environ cinq mois pendant lesquels le film est légalement inaccessible, ouvre « un champ d'action extraordinaire aux pirates ».

Il plaide pour une évolution du cinéma en corrélation avec l’évolution des pratiques du consommateur et propose : « Pour ma part, je serais favorable à la création d'une offre premium sur Internet de quarante-huit heures, le samedi et le dimanche qui suivent la sortie du film en salle. Cette offre pourrait être commercialisée à un prix de 25 à 35 euros. Quinze jours plus tard, la même offre serait de nouveau proposée mais un peu moins chère autour de 22 euros, et ainsi de suite. Au bout d'un certain temps, le film ne serait plus disponible sur Internet. Mais il rejoindrait ultérieurement un catalogue de 500 à 1.000 longs-métrages accessibles via un abonnement »

"A partir du moment où il y a une loi stricte - la loi création et Internet - qui condamne et punit les auteurs de délits, il est normal que le cinéma propose au public une offre légale", poursuit Luc Besson

Cependant, les réactions ne sont pas favorables à cette proposition : les exploitants ne sont pas prêt à jouer le jeu. Ils ont refusé de faire l'essai sur un film produit par EuropaCorp, et rejettent toute évolution de la chronologie des médias qui assure aux salles de cinéma une exclusivité d'au moins six mois sur la diffusion des films.

De plus, comparé au prix d’une place de cinéma (environ 9 euros tarif normal), le prix fixé pour ce téléchargement légal (25 à 30 euros les premiers jours) parait exorbitant. Cependant, Luc Besson ne précise pas si ce prix concerne un seul film ou tous les films sorties dans la semaine. Cette offre empêchera-t-elle vraiment la population de télécharger illégalement ?

http://www.lesechos.fr/journal/index.htm 

http://www.01net.com/editorial/398363/luc-besson-plaide-pour-des-films-en-vod-juste-apres-leur-sortie-en-salle/ 

http://www.numerama.com/magazine/11474-Luc-Besson-veut-des-films-en-VOD-des-leur-sortie-au-cinema.html 

http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39385360,00.htm?xtor=RSS-1

http://www.lemondenumerique.com/?p=7275

                              b) Licence Warner Music

Suite à la prise de conscience de certains de l’« impossible guerre contre le piratage » (Lawrence Lessig), Warner Music Group propose de mettre en place une forme de licence globale aux Etats-Unis. Ses caractéristiques : il s’agit d’une licence pour les universités (et elles seules) qui devraient payer une redevance par étudiant (”all students or none”). La licence ne donne pas de vrais droits d’usages aux étudiants, mais seulement une garantie d'un engagement à ne pas porter plainte contre eux. Ils pourraient télécharger un nombre illimité de fichiers de musique sur les réseaux p2p, tant que les fichiers font partis de ceux proposés par les adhérents à la licence.

WMG propose d’inclure tous les catalogues, y compris les indépendants. La répartition des recettes se ferait sur la base d’une mesure par les universités (utilisant une variété de mécanismes et apparemment ouverte à des mécanismes expérimentaux) transmise à un organisme où seraient représentés les ayant droits, y compris le syndicat des indépendants.

Les problèmes majeurs de cette licence ? Sa restriction au domaine de la musique, et à un seul public (ce qui est considéré comme discriminatoire). Elle est également limitée par le nombre de maisons de disques qui adhèreront à cette licence. Warner Group affirme être en train de chercher des collaborateurs, alors que le débat est encore en cours.

http://www.a-brest.net/article4550.html 

http://www.numerama.com/magazine/11480-Warner-Music-Group-veut-une-licence-globale-aux-Etats-Unis.html 

http://www.ecrans.fr/Warner-Music-veut-depenaliser-et,5879.html?xtor=RSS-450

                              c) Dailymotion et SACEM

La Ministre de la Culture a récemment salué l'accord entre la SACEM et Dailymotion, concernant le versement d’indemnités pour les œuvres représentées par la SACEM.

Cet accord est historique et rétroactif (applicable dès la date de la création du site (1er janvier 2006) qui restera valide jusqu’à la fin 2010). 

Le PDG de Dailymotion, a ainsi déclaré : « Cet accord démontre que le droit d’auteur est parfaitement conciliable avec les nouveaux modes d’exploitation des œuvres sur Internet lorsque, comme Dailymotion, ces nouveaux acteurs font le choix de se positionner clairement comme les alliés naturels des auteurs. »
Notons que cet accord ne concernera pas seulement les vidéos mises en ligne par les professionnels, mais également celles postées par les particuliers. Seront ainsi concernées toutes les œuvres musicales, les documentaires musicaux, les clips vidéo, les œuvres de doublage et de sous-titrage, d’humour, mais aussi les poèmes et les sketches.

Ce phénomène aura le mérite de montrer que l'on peut désormais exiger de l'Internet la capacité à diffuser les connaissances d'une matière gratuite pour l'utilisateur tout en permettant la rémunération des titulaires des droits.

Et pour accompagner cet évènement, on remarquera la création d’un logiciel pour télécharger des vidéos sur des plates-formes comme MySpace, Youtube, ou en l’occurence DailyMotion. Baptisé VDownloader, il s'agit d'un logiciel gratuit, compatible avec l'environnement Windows, et traduit en plusieurs langues parmi lesquelles le français.

http://www.ziknblog.com/2008/12/08/sacem-et-dailymotion/

http://www.1001actus.com/08122008/la-collaboration-de-dailymotion-avec-sacem/

http://www.generation-nt.com/telecharger-vdownloader-videos-youtube-dailymotion-myspace-actualite-198791.html

http://www.come4news.com/laccord-dailymotion-sacem-907674

                    3) Conservation des données personnelles et privées

Jeudi dernier, un groupe de réflexion s’est créé et réuni pour la première fois à Bruxelles pour débattre sur l’adaptation de la protection des données personnelles face au développement des nouvelles technologies et notamment du Web.

Il comprend deux avocats, deux industriels (Google et Intel) et un représentant de l’organisme néerlandais de la protection des données. Le groupe doit se réunir plusieurs fois dans les semaines à venir et tout au long de 2009.

L’une de leurs premières propositions serait de centraliser les données à l'organisme de protection des données de Bruxelles, et de lui donner un rôle majeur. Ce qui éviterait également de devoir traiter avec 27 organismes nationaux

Le géant informatique américain Microsoft s'est dit prêt mardi à réduire à six mois, contre 18 aujourd'hui, la durée pendant laquelle il stocke certaines données privées des internautes, mais à condition que tous ses concurrents fassent de même. Notons que Microsoft ne détient que 2% des parts du marché européen. Et à titre de comparaison, Yahoo ! conserve ses données durant 13 mois.

Pour relancer ce débat, en ce moment même en Allemagne, des trafics de données personnelles ont lieu. Pas plus tard que mardi, un trafic de 12 millions de données sur CD ont été interceptées. On raconte que ce ne sont pas moins de 21 millions de données bancaires qui circulent. L'allemagne a adopté mercredi un projet de loi pour renforcer la protection des données personnelles des internautes.

Mais pour vous rassurez, à l’opposé de toutes ces conservations non autorisées, nous vous conseillons donc d’aller faire un tour sur le métamoteur ixquick. Celui-ci est en effet un modèle à suivre pour tous les autres : aucune données n’ont été sauvegardé depuis sa création en 2006. De plus, le français fait partie de l’ensemble des langues qu’il propose !

http://www.lepoint.fr/actualites-technologie-internet/microsoft-pret-a-reduire-la-conservation-des-donnees-personnelles/1387/0/298318

http://www.linformaticien.com/Actualit%C3%A9s/tabid/58/newsid496/5440/legislation-europeenne-sur-la-protection-des-donnees/Default.aspx

http://scteam.canalblog.com/archives/2008/12/08/11674640.html

http://www.epn-ressources.be/ixquick-metamoteur-de-recherche-respectueux-de-la-protection-des-donnees

http://www.lesechos.fr/info/inter/afp_00100332.htm?xtor=EPR-1084

          B) Les nouveaux sujets de la semaine

                    1) Wikipédia: entre soutient et censure

Qui n’utilise pas Wikipedia aujourd’hui ? On pourrait être en droit de se poser cette question tant l’encyclopédie collaborative est aujourd’hui célèbre et plébiscitée par bon nombre d’internautes… Certes les gens “l’utilisent”, mais surtout en tant que lecteurs, et proportionnellement, peu nombreux sont les acteurs, rédigeant les articles, les modifiant, etc.

Afin de faciliter ces actions, Wikimedia, la fondation derrière Wikipedia, vient de recevoir 890 000$ de la fondation Stanton pour “travailler à améliorer ses outils wiki d’écriture et d’édition d’articles”. Récemment, on a pu remarquer le bandeau d’appel aux dons, présent en haut de Wikipedia. La jauge ne cesse de croître et les dons s’élèvent à plus de 3 millions de dollars.

On peut aussi télécharger l’intégralité de l’encyclopédie en ligne sur sa clé usb, sans les images bien entendu, par le biais du logiciel Kiwix, et ce depuis le 3 décembre.

Mais en ce moment, le débat sur la censure qui doit être exercée sur Wikipédia continu :

En Grande-Bretagne, une page de l’encyclopédie a été bloquée parce qu'elle reproduisait la pochette de l'album Virgin Killer de Scorpions (de 1976), sur laquelle une fillette pose nue, le sexe toutefois dissimulé derrière l'effet d'un éclat de verre :

Bien que sensible, le blocage est décidé sans contrôle du juge par l'Internet Watch Foundation (IWF). L’organisme britannique a ajouté l'URL de la page de Wikipédia à sa liste noire des sites soupçonnés d'abriter des contenus pédophiles, et l’a transmis aux FAI, qui bloquent immédiatement les URL sur simple requête, sans vérification préalable.

Au moment où nous vous parlons, la page ne peut plus être éditée.

Après discussion, les administrateurs de Wikipedia ont préféré maintenir l'image de la pochette.

Pour rappel, le seul pays à avoir diffusé le disque à l'époque avec sa pochette originale était... la France.

http://techno.branchez-vous.com/actualite/2008/12/royaume-uni_censure_dun_articl.html

http://www.clement-biger.info/2008/12/09/chiffres-de-la-semaine-wikipedia-seo-google-windows/

http://www.numerama.com/magazine/11506-Wikipedia-censure-par-la-psychose-du-pedophile.html

http://oseox.fr/actualite/500.html

http://www.infos-du-net.com/actualite/14936-censure-scorpions-wikipedia.html

http://www.tdg.ch/actu/hi-tech/fournisseurs-acces-internet-britanniques-bloquent-page-wikipedia-2008-12-09

                    2) Publitzer: prix pour journalistes

La prestigieuse institution américaine, qui récompense les meilleures contributions journalistiques, s'ouvre aux médias et sites d'information qui ne publient qu'en ligne. Depuis 2006, les articles publiés uniquement sur le site Web d'un quotidien ou d'un hebdomadaire pouvaient être soumis aux prix Pulitzer, mais uniquement pour les nouvelles et les photographies de «dernières minutes».

Mais, depuis lundi 8 décembre, la prestigieuse institution, qui récompense tous les ans les meilleurs travaux journalistiques américains, a annoncé avoir fait le choix d'ouvrir son prochain palmarès aux pure players de l'information en ligne. C'est-à-dire aux médias qui ne paraissent que sur Internet. Le conseil d'administration va permettre aux contenus du Web de concourir dans les 14 catégories journalistiques du prix.

La compétition verra donc désormais s'affronter des publications papier ou électroniques, qui doivent être américaines, sortir au minimum une fois par semaine et être focalisées essentiellement sur l'actualité. Les magazines et les médias audiovisuels, ainsi que leurs sites Internet respectifs, demeurent, eux, exclus.

Sur le site du prix Pulitzer, Sig Gissler, l'administrateur des prix, ajoute que cette ouverture marque la reconnaissance « du rôle du journalisme en ligne » et de sa « remarquable croissance ».

http://techno.branchez-vous.com/actualite/2008/12/les_pulitzer_reconnaissent_le.html 

http://www.01net.com/editorial/398646/le-prix-pulitzer-s-ouvre-aux-pure-players-du-web/ 

http://www.pulitzer.org/ 

http://media-tech.blogspot.com/

http://www.actualitte.com/actualite/6526-prix-Pulitzer-journalisme-internet-presse.htm

                    3) Obama et le plan de relance

Barack Obama, a dévoilé samedi, dans son plan de relance économique, qu'il travaillera à ce que chaque enfant américain dispose d'une connexion Internet lors de son premier mandat.

« C'est inacceptable que les États-Unis soient aujourd'hui en quinzième position mondiale pour le nombre de foyers qui ont un accès à haut débit à Internet, a expliqué Barack Obama dans son message hebdomadaire aux Américains. Nous sommes dans le pays où a été inventé Internet, il est donc normal que chaque enfant y ait accès. »

Barack Obama a entre autres annoncé qu'il comptait investir dans la modernisation des écoles. Il cherchera notamment à doter chaque classe de nouveaux ordinateurs.

Barack Obama a également comme objectif de doter les hôpitaux de connexions Internet à haut débit. « Nous allons nous assurer que les hôpitaux soient équipés des technologies les plus récentes et de dossiers électroniques pour les patients, ce qui nous permettra de réduire les erreurs médicales et de sauver des milliards de dollars chaque année », a-t-il déclaré.

Mentionnons cependant que le président élu démocrate n'a pas précisé comment il comptait mettre son plan en oeuvre ni les montants qui devront être investis par le peuple américain.

http://techno.branchez-vous.com/actualite/2008/12/obama_veut_que_chaque_enfant_a.html

http://www.lepoint.fr/actualites/barack-obama-presente-son-nouveau-new-deal-vert-et-a-haut-debit/1781/0/297948

http://www.datanews.be/nl/90-53-21400/article.html?cid=rss

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jOv5TNYQppjseX2SdI-Z9UxXafdA

http://www.lefigaro.fr/elections-americaines-2008/2008/12/06/01017-20081206ARTFIG00663-infrastructures-web-et-ecoles-au-menu-d-obama-.php

http://www.lefigaro.fr/elections-americaines-2008/2008/12/06/01017-20081206ARTFIG00300-barack-obama-premier-cyberpresident-.php

II) Actualité du web

Petite parenthèse sur la souris...

C’est le 9 décembre 1968, sous le nom d'"indicateur de position X-Y pour système d'affichage", que Douglas Engelbart présenta la première souris à une conférence sur l’informatique. Le petit parallélépipède de bois, doté d'un seul et unique bouton, que le chercheur de l'université Stanford tenait alors dans sa main, est devenu cet objet présent aujourd'hui sur tous les bureaux du monde et dans beaucoup de domiciles privés.

La première souris était plutôt sommaire : deux roues crantées permettaient de déplacer un pointeur sur l'écran soit horizontalement, soit verticalement. Les interfaces graphiques, telles qu'on les connaît aujourd'hui avec leurs fenêtres et leurs icônes, n'existaient pas encore. Pas de couleurs, uniquement du texte à l'écran...

De nombreuses personnes ont envisagé sa fin. IBM avait un temps doté ses portables d'un trackpoint, petit bouton au centre du clavier qui en faisait office. Un touchpad, surface tactile de quelques centimètres carrés, est désormais systématiquement placé sur le devant des ordinateurs portables. Pratique quand on n'a rien d'autre. Mais la souris n’est toujours pas détrônée.

Le numéro un mondial du secteur, le fabricant suisse Logitech, vient même de souffler à sa manière les 40 bougies. Début décembre, sa milliardième souris est sortie de son usine de Suzhou en Chine. Et la marque ne compte pas en rester là : selon ses prévisions, le deuxième milliard devrait être atteint en 2014. Le marché global s'élèverait aujourd'hui à quelque 1,5 milliard de dollars.

Autrefois, la souris comportait une boule mécanique, qui a été remplacée par un pointeur optique puis un laser. Elle est évidemment devenue sans fil, à l'heure du Bluetooth. Avec sa récente MX Air, Logitech inaugure déjà ce que seront peut-être les souris du futur. Celle-ci n'aurait même plus besoin d'être posée sur le bureau et se manipulerait tout aussi bien dans les airs.

http://www.lemonde.fr/aujourd-hui/article/2008/12/09/la-souris-quarante-ans-au-service-des-ordinateurs_1128802_3238.html

http://benefice-net.branchez-vous.com/actubn/2008/12/la_souris_fete_ses_40_ans.html

http://www.stephanegillet.com/souris-40-ans.html

http://www.citizenside.com/fr/photos/insolite/2008-12-09/11325/la-souris-a-40-ans.html

          A) Google

                    1)Task Mail

Gmail Task est un produit Gmail Labs.

C’est un outil permettant de créer une liste de tâche à faire, tel un bloc-note, et de les modifier selon les besoins. Pour l’activer, on doit basculer dans l'interface en anglais. Par la suite, il sera actif sur celui en français, et possède de nombreux raccourcis claviers pour l’utiliser. Il permet aussi l’organisation des tâches par groupes, tels que « famille », « travail »,…

Le plus gros avantage noté est l’option “Add to Tasks” dans le menu déroulant en haut de la lecture des mails. Ainsi, un rappel automatique nous permet de ne pas oublier de répondre aux messages reçus.

De plus, un autre avantage que mettent en avant les internautes par rapport aux autres outils, est son volume beaucoup plus léger que les logiciels existants (Remember The Milk, Tadalist…).

Cet outil est néanmoins assez anecdotique du fait que son intégration aux services Google est limitée. Par ailleurs, il ne vous est pas possible de synchroniser les tâches avec un agenda externe. Au final, un service comme Remember The Milk offrirait des fonctionnalités beaucoup plus abouties.

http://roget.biz/gmail-task-est-arrive-sur-google-labs

http://jeromechoain.wordpress.com/2008/12/09/task-list-sur-gmail/

http://www.nowhereelse.fr/task-gmail-labs-13676/

http://googlexxl.blogspot.com/2008/12/gmail-tasks.html

                    2) Gmail allégé

L’équipe de développement de Google Desktop vient de rendre disponible le Gmail Google Desktop Gadget qui permet aux utilisateurs de Google Desktop sur Windows, de disposer directement sur le bureau de sa messagerie Gmail.

Il permet d’accéder à son compte email, et d’utiliser celui ci comme d’habitude, y compris avec les raccourcis claviers, directement depuis bureau. D'un simple clic, l’utilisateur est alerté de l'arrivée d'un nouvel e-mail, et peut le lire sans ouvrir son navigateur. De plus, son téléchargement est peu volumineux, seulement 79 ko.

L'application est disponible au téléchargement pour Windows, Mac et Linux (Gmail Desktop n'étant disponible que pour Windows).

Toute fois, ce gadget possèdent quelques points faibles : Gmail Desktop ne relève pas automatiquement la boîte e-mail. Il faut cliquer sur la boîte de réception depuis le widget (gadget) pour recevoir les nouveaux courriers. De même, le logiciel est incapable de lire directement les pièces jointes, il faut donc se connecter par la voie classique via webmail pour accéder à ces pièces jointes. De plus, il est regrettable que (pour l’instant), il ne permette pas de synchronisation pour une consultation “offline” des mails

http://www.01net.com/editorial/397918/un-gmail-allege-s-invite-sur-le-bureau-de-windows/ 

http://jmg.over-blog.com/article-25568984.html

http://www.ubergizmo.com/fr/archives/2008/12/lancement_officiel_de_gmail_gadget.php

http://geeklifeblog.com/gmail-sur-votre-bureau-avec-le-gmail-google-desktop-gadget

Pour télécharger Gmail google gadget :

http://www.01net.com/telecharger/windows/Internet/gadgets-windows-vista/fiches/46674.html

                    3) Native Client

Google travaille actuellement sur une alternative visant à concurrencer Flash, Silverlight ou encore Java. Nommé « Native Client », ce projet vise à produire un cadre de développement et des fondations logicielles pour faire tourner des applications (notamment audio et vidéo), quel que soit le système d'exploitation, le navigateur ou les logiciels installés sur une machine, le tout en open-source.

Google en a publié une première version lundi 8 décembre. Les développeurs de la firme de Mountain View tiennent à préciser qu'ils l'ont publiée « à un stade de développement très précoce, expérimental, afin d'obtenir des retours des communautés de la sécurité et, plus généralement, de l'open source ».

Pour le moment, Native Client fonctionne sous la forme d'une extension pour navigateur sous Windows, Mac et Linux. Si Chrome, Firefox, Safari ou encore Opéra sont parfaitement capables de faire fonctionner cette extension, ce n'est pas encore le cas d'Internet Explorer. Pour ce qui est de la sécurité, c’est le module nommé « inner-sandbox » qui examine le code des applications et définit si elles présentent d'éventuelles failles. Il permet au passage d’éviter la copie de ce projet.

http://techno.branchez-vous.com/actualite/2008/12/google_sattaque_a_flash_et_a_j.html

http://google-code-updates.blogspot.com/2008/12/native-client-technology-for-running.html

http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39385431,00.htm?xtor=RSS-1

                    4) Google Earth

Google Earth permet d'accéder directement à n'importe quel point du globe terrestre, d’en examiner des images satellite, des cartes, des bâtiments 3D et le relief, ou encore d'explorer les galaxies de l'Univers.

Après le lancement du plugin Google Earth, Google a maintenant mis à disposition ce même plugin pour Mac. Il est compatible avec les navigateurs Safari 3.1 et Firefox 3.0 (et supérieurs).

Le 7 décembre, l’arrêt de la commercialisation du plug-in Google earth plus est annoncée par Google. La bonne nouvelle, c’est que les avantages qui le caractérisait (dont le suivit GPS en temps réel) seront intégrés dans la version gratuite à venir.

Une surprise est également réservée aux utilisateurs de Google earth le soir du réveillon de noël : ils auront tout le loisir de pouvoir suivre à la trace le père noël !

Et dans la catégorie insolite, nous avons trouvé ce blog, qui s’est amusé à recenser tout les plans aériens de Las Vegas vus au début de la saison 7 des Experts.

http://csiggearth.bloguez.com/

http://earth.google.com/enterprise/earth_plus_details.html

http://lac-conakry.blogspot.com/2008/12/la-fin-de-google-earth-plus.html 

http://www.mik-matt.com/blog/plugin-mac-google-earth-dans-votre-navigateur_04122008.html 

http://www.journaldugeek.com/2008/12/05/les-experts-vu-par-google-earth/ 

http://techno.branchez-vous.com/actualite/2008/12/le_pere_noel_sur_google_earth.html

          B) Des navigateurs

                    1) Les nouveautés de Mozilla

Une fois n'est pas coutume, c'est avec un bon mois de retard sur le calendrier initial que Mozilla a mis en ligne la bêta 2 de la version 3.1 de son navigateur open source, Firefox, ce mardi 9 décembre. Celle-ci est disponible en 55 langues pour Windows, Mac et Linux. Notons qu’il s'agit d'une version de test, et que les utilisateurs peuvent rencontrer des problèmes.

Cette future nouvelle version du navigateur révèle quelques nouveautés attendues, comme la navigation privée ou la gestion améliorée des onglets, les principales avancées de Firefox 3.1 concernent les fondements mêmes du logiciel. La visée majeure reste donc de préserver la solidité de l'édifice.

Firefox 3.1 intègre des mécanismes autorisant l'exécution simultanée de plusieurs tâches. Mais également un nouveau moteur Javascript extrêmement rapide, sur lequel vont s'appuyer la plupart des extensions du navigateur, baptisé TraceMonkey, supposé battre le moteur Javascript V8 implanté dans Chrome, le navigateur de Google.

Très véloces l'un comme l'autre, les deux concurrents sont pour l'instant de niveau quasi égal. Mozilla prévoit désormais troisième bêta de Firefox 3.1 en janvier et une version définitive au plus tard en mars, si tout va bien.

Pour autant, Mozilla ne s’arrête pas là, et propose aux internautes de découvrir le premier bêta de Thunderbird 3, son logiciel client de messagerie électronique.

Ce premier bêta est disponible pour Windows, Mac et Linux, dans un grand nombre de langues. Mozilla rappelle qu'il s'agit là, comme pour Firefox, d'une version non définitive, s'adressant aux développeurs, testeurs et à ceux qui sont curieux « des développements de la prochaine version de Thunderbird ». La version définitive est prévu pour « début d’année prochaine, au plus tard l’été prochain », dixit David Ascher.

http://techno.branchez-vous.com/actualite/2008/12/plusieurs_nouveautes_pour_fire.html

http://www.journaldugeek.com/2008/12/09/firefox-31-beta-2-disponible/

http://www.papygeek.com/software/sortie-de-firefox-31-beta-2/

http://standblog.org/blog/post/2008/12/09/Sortie-de-Firefox-31-Beta-2

http://www.01net.com/editorial/398655/avec-sa-nouvelle-beta-firefox-3.1-gagne-en-rapidite-et-en-nouveautes/?rss

http://www.01net.com/editorial/398678/la-premiere-beta-de-thunderbird-3-a-telecharger/

                    2) Opera 10

Alors que Firefox continue de grignoter des parts de marché sur Internet Explorer, le navigateur Opera vient de publier la première Alpha de son navigateur en version 10.

Cette nouvelle version apporte son lot de nouveautés, à commencer par une rapidité accrue grâce au moteur de rendu Presto qui passe en version 2.2. Ce dernier serait jusqu’à 30% plus rapide que Presto 2.1, présent dans Opéra 9.5.

A l’instar de Firefox, un correcteur d’orthographe est désormais présent et les mises à jour peuvent se faire de façon automatique.

De plus, cette première version Alpha a obtenu un score de 100/100 au test Acid 3, un résultat encourageant pour la prise en charge et le respect des standards du web. Pour le moment seul Safari a également réussi à passer ce test en obtenant un résultat parfait.

(Acid 3 est un test vérifiant la capacité d’un navigateur à supporter un choix de fonctionnalités relevant de différents standards du web.)

Opera 10 en version Alpha est disponible au téléchargement, mais prudence : comme toute version Alpha, des problèmes d’instabilités peuvent apparaître.

La version Bêta devrait être diffusée début 2009.

http://www.laptopspirit.fr/26049/opera-10-alpha-disponible-au-telechargement-100100-au-test-acid-3.html

http://my.opera.com/

http://www.pcworld.fr/actualite/opera-10-en-version-alpha-obtient-100-100-au-test-acid-3/20571/

http://kerio.probb.fr/actualite-informatique-f12/le-navigateur-opera-10-sur-les-rails-t3118.htm

http://www.01net.com/editorial/398373/opera-10-disponible-dans-une-premiere-version-alpha/

                    3) Black Bird

BlackBird est né de trois Afro-Américains, qui ont développé à partir de Mozilla un navigateur permettant de trouver plus facilement du contenu relatif à la communauté afro-américaine, et d'interagir avec ses membres. « Parce que nous savons que 85 % des Afro-Américains préfèrent obtenir des informations en ligne d'un point de vue "black" », affirment les créateurs de Blackbird sur leur site.

Disponible depuis la fin du mois de novembre 2008 en version bêta, Blackbird est avant tout un navigateur, très proche de Firefox. Même menu, même barre d'outils, Blackbird s'en distingue par son habillage noir et quelques fonctions intégrées.

Par exemple l’accès à un système de gestion de courriels permettant de fédérer plusieurs webmails, l’existence d’un bouton menant directement aux réseaux sociaux tels que Facebook, ou encore un autre permettant de partager en un clic une page avec un autre utilisateur de Blackbird.

D'autres fonctions sont, elles, spécifiques au black surfing revendiqué par ses auteurs. Ainsi, des flash infos en rapport avec l'actualité de personnalités afro-américaines (ex : Barack Obama...) défilent en continu sous la barre d'outils. Un bouton « Video » donne aussi accès à une quinzaine de webTV afro-américaines.

Enfin, Blackbird intègre un moteur de recherche personnalisé, basé sur Google. Celui-ci place en tête des réponses les informations provenant de sites « agréés », comme BlackPlanet.com. Ces sites ont un poids plus élevé dans le classement mais ne sont heureusement pas exclusifs. S'ils ne disposent pas de l'information recherchée, celle-ci sera récupérée ailleurs sur le Web, comme sur le Google standard.

Au final, l'orientation communautaire de Blackbird se traduit bien plus par ses fonctions de portail de contenu que par ses fonctions de navigation.

http://jmg.over-blog.com/article-25628175.html 

http://www.webynux.net/logiciels-libre/blackbird-le-navigateur-afro-americain.html

http://www.tichou.eu/blackbird-le-navigateur-afro-americain.html

http://www.01net.com/editorial/398648/blackbird-un-navigateur-aux-couleurs-de-la-communaute-afro-americaine/?rss

          C) Sécurité

                    1) Facebook et le virus Koobface

Les 120 millions d'utilisateurs de Facebook sont menacés par un virus du nom de Koobface qui se sert du système de messagerie du réseau pour infecter les ordinateurs avant de tenter de recueillir des informations sensibles telles que les numéros de carte de crédit.

Koobface se propage sur Facebook en envoyant des courriels aux amis de personnes dont l'ordinateur a été infecté. Les messages portent des titres tels que « Regarde comme tu es génial dans ce nouveau film » (« You look just awesome in this new movie ») et dirigent les destinataires sur un site où on leur demande de télécharger ce qui est présenté comme une version actualisée du Flash Player d'Adobe.

En cas de téléchargement, l'ordinateur est infecté et il dirige les utilisateurs sur des sites contaminés lorsqu'ils tentent d'utiliser des moteurs de recherche tels que Google, Yahoo!, MSN et Live.com.

Facebook conseille à ses membres d'effacer les courriels contaminés et il diffuse sur une page des instructions sur la manière de nettoyer les ordinateurs infectés.

Barry Schnitt, porte-parole de Facebook, se veut rassurant et indique que peut d’utilisateur ont été touchés par ce virus.

En revanche, Craig Schmugar, chercheur au sein de McAfee Inc, souligne lui la recrudescence de ce type de virus. Myspace avait également été affecté par Koobface en août 2008. Mais le virus aurait totalement été éradiqué par le service de sécurité.

http://www.facebook.com/security 

http://www.silicon.fr/fr/news/2008/12/08/koobface_s_attaque_aux_utilisateurs_de_facebook 

http://www.01net.com/editorial/398328/le-virus-koobface-attaque-les-utilisateurs-de-facebook/ 

http://securite.reseaux-telecoms.net/actualites/lire-facebook-attaque-par-le-virus-koobface-19143.html 

http://www.nouvo.ch/n-1575

http://www.lefigaro.fr/hightech/2008/12/10/01007-20081210ARTFIG00476-comment-me-proteger-contre-le-virus-koobface-.php

http://www.maxisciences.com/facebook/informatique-le-site-facebook-infecte-par-le-ver-koobface_art282.html

                    2) Apple et les anti-virus

Apple a retiré la note technique de son site dans laquelle elle enjoignait à l'installation d'anti-virus. Le texte disait « Apple encourage l’utilisation généralisée de plusieurs utilitaires antivirus de manière à ce que les programmeurs de virus aient plus d’un programme à contourner, ce qui rend le processus de création de virus plus difficile »

Longtemps, Apple a vanté ses propres mérites en présentant les Mac comme des machines immunisées contre les virus. Il semble évident que les deux messages ont un caractère contradictoire. Les causes de cette défaillance sont partagées. Dino Dai Zovi, qui s'est fait connaître en 2007 pour avoir piraté un Mac Book Pro, laisse entendre sur son blog que les puces d'Intel seraient à l'origine de la vulnérabilité des machines du constructeur. Un avis que tempère Homayoun Sarkechik, responsable du marketing produit pour l'Europe de Norton : « Souvent, les virus sont écrits en code de bas niveau, celui des processeurs. La présence des puces à deux coeurs [d'Intel, NDLR] sur les Mac peut augmenter les risques, mais elle ne suffit pas à rendre une machine vulnérable. Les attaques doivent encore passer les barrières du système d'exploitation. » Pour lui, le danger provient plutôt des plug-in audio et vidéo, des sites Internet, des réseaux sociaux et des e-mails par lesquels transitent les attaques de phishing.

http://www.macgeneration.com/news/voir/132862/apple-supprime-sa-note-sur-les-anti-virus 

http://www.macgeneration.com/news/voir/132725/apple-recommande-a-moitie-l-utilisation-des-antivirus 

http://www.01net.com/editorial/397943/apple-retire-ses-recommandations-d-antivirus/ 

Blog de Dino Dai Zovi :

http://www.theta44.org/main.html 

III) Conférences, publications, agenda

          A) Web 0.8

La 5ème conférence sur le web a eu lieu à Paris les 9 et 10 décembre 2008. Cette conférence Européenne regroupe quelques 2000 participants de 25 pays. Des grandes pointures étaient là, mais aussi et surtout des milliers de professionnels du Web, venus du monde entier : des blogueurs aux créateurs de start-up, jusqu'aux business angels, en passant par les entrepreneurs.

 

Ce phénomène sert indéniablement aux géants du web à imposer leurs positions. MySpace a profité de l’occasion pour dévoiler une nouvelle plate-forme, Microsoft une nouvelle version bêta de Windows Live Messenger. Des salles pouvaient être consacrées toute une journée à un même groupe. Par exemple, Google a eu le monopole de l’une d’entre elles le 9, suivit par Facebook le 10.

 

Quel est le but de cette conférence ?

Cette conférence doit cerner bien sur Internet et les technologies de l’informatique, mais elle est élargie au domaine au mode de vie général lié à l‘informatique.

Au programme de cette cinquième édition de la manifestation, des conférences, des tables rondes, quelques grands shows à l'américaine (Michael Arrington, co-fondateur de Techcrunch, etc.), mais surtout des rencontres. Pour les participants, le Web'08 est une occasion unique de faire du networking en France.

Le thème de l’année s’articulait autour des réseaux sociaux et site de rencontre, avec la problématique : le Web 2.0 modifie-t-il les modes de rencontres et de pratiques amoureuses ?

 

Pour autant, la manifestation ne négligera pas l'entreprenariat sur le Web. Comme l'an dernier, un concours récompensera les trois start-up les plus innovantes ou présentant le modèle économique le plus solide. Contrairement aux éditions précédentes, elles auront même la possibilité de présenter leur produit sur scène.

 

Pour amener les têtes pensantes de

la Silicon Valley

sur le terrain de l'amour, Loïc Le Meur, organisateur du forum, a invité Helen Fischer, auteur de « Pourquoi nous aimons » (éd. Robert Laffont), anthropologue américaine spécialiste des comportements sexuels et amoureux à travers les âges.

Le coté dématérialisé et désinhibé des rencontres sur Internet est abordé. Il va de paire avec la protection de la vie privée. "Se dévoiler devant ses semblables n'est pas vraiment une chose nouvelle, répond Helen Fischer. Pendant des millions d'années nos ancêtres ont voyagé en tribu pour chasser et tout le monde connaissait à peu près tout des autres. Nos concepts d'"intimité" sont très récents à l'échelle de l'histoire de l'humanité. S'exhiber sur le Net est une publicité à la fois d'ordre social et sexuel que beaucoup de gens font tout naturellement."

Le thème des rencontres amoureuses via le web est ainsi au cœur de ce débat qui relève autant de l’informatique que de la sociologie.

 

 

http://blog.lefigaro.fr/hightech/2008/12/les-patrons-du-web-ne-se-prenn.html

 

http://www.lewebparis.com/

 

http://www.challenges.fr/actualites/high_tech/20081208.CHA9102/web08__la_crise_ne_ressemble_pas_a_celle_de_2000.html

 

http://leweb08.20minutes-blogs.fr/

 

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-le-web-08-les-a-cotes-eclipsent-le-programme-principal-27609.html

 

http://www.lewebparis.com/2008/12/leweb08-program.html

 

http://www.lemonde.fr/aujourd-hui/article/2008/12/08/le-web-2-0-nouveau-lieu-reve-des-rencontres-amoureuses_1128318_3238.html#xtor=RSS-651865

 

http://entrepreneurs.telecom-paristech.fr/incubateur/coup-denvoi-du-web08-le-festival-de-cannes-du-web/

 

http://www.20minutes.fr/article/280132/High-Tech-Au-Web08-on-chante-tous-ensemble.php

 

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2008/12/10/le-web-08-une-ambiance-d-avant-la-bulle-sur-fond-de-crise-economique_1129404_651865.html

 

http://www.challenges.fr/actualites/high_tech/20081209.CHA9174/web08__myspace_conforte_son_image.html

 

http://www.01net.com/editorial/398675/coup-d-envoi-du-web-08-le-festival-de-cannes-du-web-./?rss

          B) Publications

Le Forum des droits sur l’Internet a adopté le 25 novembre 2008 sa Recommandation « Internet et développement durable I : l’accessibilité des services de communication publique en ligne du secteur public ».

A lire en PDF :

-Recommandation « L’accessibilité des services de communication publique en ligne du secteur public »

-Communiqué de presse de la Recommandation « Internet et développement durable I »

http://www.foruminternet.org/specialistes/concertation/recommandations/recommandation-du-forum-des-droits-sur-l-internet-developpement-durable-i-l-accessibilite-des-services-de-communication-publique-en-ligne-du-secteur-public-2808.html

« Internet Marketing 2009 » :

Livre traitant des tendances du marketing Internet 2009, des trucs pour réussir ses opérations de communication, et de 70 campagnes de Marketing Internet analysées en détails (mécanique, résultats, enseignements…)

http://www.ebg.net/v5/index.php 

http://www.conseilsmarketing.fr/livres-de-marketing-gratuits/critique-du-livre-internet-marketing-2009-de-martin-tissier-partie-1-2 

http://blog-web-marketing.fr/2008/11/17/livre-web-marketing/ 

http://www.marketingpleinlesdoigts.com/2008/11/18/internet-marketing-2009-2/ 

Lutte contre la cyber criminalité : Livre Blanc & Nouvelles Formations en 2009.

Le Groupe 4 - Formation initiale et continue des Ingénieurs-Managers - a publié son Livre Blanc en novembre 2008 sur la Sécurité des Systèmes d’Information, réalisé par Bruno DOUCENDE, Directeur du Pôle Sécurité des Systèmes d’Information et consultant international.

https://www.mag-securs.com/spip.php?article12367 

http://www.indicerh.net/article.php?sid=4392 

http://www.globalsecuritymag.fr/Lutte-contre-la-cyber-criminalite,20081028,5747 

IRIS Spécial, édition 2008,"La recherche de contenus audiovisuels", Observatoire européen de l'audiovisuel, Strasbourg, 2008. A paraître décembre 2008.

L’Observatoire européen de l'audiovisuel passe en revue les différents dispositifs actuellement disponibles pour rechercher des contenus audiovisuels sur le Web.

http://www.mass-media.fr/guide/news_details.php?ref=081209121016YZHZC 

http://www.obs.coe.int/oea_publ/iris_special/2008_02.html 

L’Association for Progressive Communications (APC) a publié en décembre 2008, suite à la conférence qui s’est déroulée en Inde en décembre, le livre GISWatch 2008 (Global Information Society Watch 2008). La conférence portait sur l’accès garanti à l’Internet : est-il un droit humain dont nous bénéficions tous? La publication souligne l’importance de l’accès aux infrastructures des technologies de l’information et de la communication (TIC) – et étudie les pays qui trouvent ou ne trouvent pas de solutions et comment ils s’y prennent, ainsi que les mesures à prendre pour les aider.

http://www.giswatch.org/gisw2008/ 

http://www.apc.org/fr/news/policy/world/le-rapport-de-surveillance-s-attaque-la-question-d 

http://www.intgovforum.org/cms/index.php/home/57-2008igf/311-internet-governance-forum-the-first-two-years 

http://www.apc.org/fr/news/governance/world/apc-au-forum-de-la-gouvernance-de-l-internet-en-in 

          C) Agenda

30 mars 2009 : 3ème Forum Européen de l’Accessibilité Numérique

Le Troisième Forum Européen de l'Accessibilité Numérique "Les communications mobiles, au service de l’emploi des personnes handicapées" se tiendra le 30 mars 2008 à la Cité des sciences et de l'industrie. Programme et inscriptions à partir du 15 décembre.

http://inova.snv.jussieu.fr/evenements/colloques/mobtel/Description/

A partir du site mybarackobama.com, «David Plouffe, directeur de campagne, Obama pour l'Amérique» (d’après la signature) invite les partisans «le 13 et 14 décembre à se réunir entre eux pour réfléchir aux accomplissements réalisés et à l'avenir du mouvement» que pourrait prendre la campagne de Barack Obama.

http://www.lefigaro.fr/elections-americaines-2008/2008/12/06/01017-20081206ARTFIG00300-barack-obama-premier-cyberpresident-.php


Posté par l3ideri2008 à 01:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Beuchot Amélie / Morin Marie-Cécile

Nouveau commentaire