03 décembre 2008

Loïc Alliot et Paul Normand

Paul Normand et Loïc Alliot

Semaine du 27 novembre au 4 décembre

Plan:  I 123 People
            II Législation
            III Actualité du web
            IV Colloques / Conférences / Expositions


I-Les données collectées par les moteurs de recherche : une atteinte à la vie privée des internautes?

123 people relance le débat sur les droits de l’Internaute face aux données collectées par les moteurs de recherche.

 

1.1 / Qu’est-ce que 123 People ?

123People est un moteur de recherche spécialisé dans la collecte d'informations sur les internautes. Créé et développé par une entreprise autrichienne, le nouveau site 123people.com a pour particularité d’indexer et de conserver les données personnelles de l’internaute, dont les « traces » sont récupérées sur des sites sociaux tels que Facebook ou My Space. De l’adresse mail au numéro de téléphone, les hyperliens (blogs ou autres), en passant par les photos de l’internaute et ses vidéos, les données collectées sont rendues publiques et disponibles librement sur la Toile. L’identité numérique de l’internaute est ainsi dévoilée au grand jour.


1.2/ Les risques encourus

123 People a tout pour inquiéter ; un article tiré du journal web le www.lepoint.fr en dresse un portrait effrayant, affirmant que « pour tout savoir de vos voisins, collègues ou connaissances, le service de recherche d’informations professionnelles 123people répond à toutes les curiosités en un seul clic »[1]. Il est désormais traduit en Français d’après pcworld.fr [2].

De plus, Le Point souligne que l’usage de ces moteurs de recherche d’informations personnelles profite aux entreprises dans le cadre de leurs procédures de recrutement. Le phénomène de la cyber-réputation et ses risques existent et ne doivent pas être pris à la légère.

Mais si les défenseurs des libertés peuvent légitimement s'inquiéter de 123people, en revanche, sa remise en cause s’avère délicate, son activité consistant à récupérer des informations déjà publiées sur le Net…par les internautes eux-mêmes. Un article publié sur 01 net précise que 123people ne communique aucune information personnelle protégée par un mot de passe [3], mais uniquement des informations rendues publiques sur le Net.

1.3/ Des réactions mitigées

La surprise de certains internautes membres de réseaux sociaux de voir leurs données publiées est perçue dans un article paru sur Abondance.com, un site traitant de l’actualité et de l’information sur le référencement et les moteurs de recherche [4]. D’autres, comme sur le site de la Mediatheque esc de Lille, testent le service, mais appellent à la prudence quant à la diffusion d’informations sur des sites sociaux tels que Facebook [5]. D’autres encore, le trouvent « utile » et semblent ne pas s’en inquiéter, même s’ils admettent que 123 People ne « sera pas du goût de tout le monde », car il  « pose de réels problèmes concernant l’éthique et la protection de la vie privée ».


1.4/ Loi informatique et libertés : Quels droits ? Quelles garanties ?

De plus en plus, les moteurs de recherche réalisent un profilage des utilisateurs en fonction de leurs caractéristiques de navigation et de leurs préférences. Les données de connexion ainsi conservées pourront être éventuellement communiquées aux autorités de police dans le cadre d'une enquête.

123 People n’est pas le premier service du genre ; Le point reconnaît que d’autres sites internet comme Spock ou Yasni, ont développé des concepts similaires. L’article ne mentionne pas non plus les moteurs de recherche classiques, du type Google ou Yahoo, qui collectent également de nombreuses informations sur les habitudes de navigation des internautes.

En dépit de son discours alarmiste, l’article du Point ne traite pas de la durée de conservation des données : leur conservation indéfinie est illégale ; l'article 6 de la loi Informatique et libertés prévoit que la durée ne doit pas excéder le temps nécessaire aux finalités de la collecte.

De plus, en tant que responsable d'un traitement de données à caractère personnel, un moteur de recherche doit obligatoirement informer ses utilisateurs sur les caractéristiques du traitement mis en oeuvre, conformément à l'article 32 de la loi Informatique et libertés.

Le fait de récupérer les données, même publiques, des internautes sur les sites de réseaux sociaux constitue un traitement de données à caractère personnel.  Une telle collecte doit être déclarée à la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) avant sa mise en oeuvre. Elle peut même nécessiter l'autorisation préalable de la CNIL si elle concerne des données sensibles (religion, opinion politique, origines raciales ou ethniques, etc). De plus, les moteurs de recherche doivent avoir une raison légitime de collecter les données personnelles des internautes, comme pour répondre aux besoins d’une enquête policière.

Mais s’il est tenu par ces règles, le nouveau moteur de recherche 123 People les respecte t-il pour autant ? L’avenir le dira…

Pour accéder à 123 People, cliquez sur le lien : 123people

Sources

[1] http://www.lepoint.fr/actualites-technologie-internet/123-people-agrege-les-informations-personnelles-des-internautes/1387/0/294871

 [2] http://www.pcworld.fr/actualite/123people-est-traduit-en-francais/19861/

[3] http://www.01net.com/editorial/394398/123people.com-le-moteur-qui-fiche-les-internautes-francais/

[4] http://actu.abondance.com/2008/10/123people-un-moteur-de-personnes-qui.html

[5]http://mediatheque.esc-lille.fr/newsmedia2/index.php?/archives/225-123people-et-votre-identite-numerique.html 

 

II) Législation

2.1 Lutte cyber-criminalité : l'UE appelle les entreprises en renfort

L'Union Européenne appelle à la coopération et à l'échange d'informations entre les États membres, avec l'aide des entreprises. Elle appelle à une meilleure coordination entre les entreprises et la police. Pour cela certaines mesures vont être adoptées par la Commission Européenne. La plus importante est la mise en place d'une plate-forme d'alerte par laquelle les crimes en ligne affectant les entreprises pourront être signalés, partagés et vérifiés par Europol. Un budget de 300 000 € a été alloué pour la création de cette plate-forme à court terme.

Europol a été désigné pour assurer la centralisation des informations, leur analyse et pour déterminer si les infractions sont de dimensions européennes ou internationales. Cette mission de centralisation confiée à Europol s'inscrit dans la perspective de l'évolution de cet organisme. En effet, c'est le 1er janvier 2010 qu'Europol deviendra une "Agence européenne" à part entière.


Sources

http://www.vnunet.fr/news/lutte_cyber_criminalite_l_ue_appelle_les_entreprises_en_renfort-2029464

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-europol-au-coeur-du-futur-systeme-de-cyber-alerte-europeen-27537.html


2.2. Riposte graduée : Paris obtient le retrait de l'amendement 138

Christine Albanel et les industriels de la musique 1, Les internautes 0. Le Conseil de l’Union Européenne vient de rejeter l’amendement 138. Ce texte avait été voté par les eurodéputés en Septembre.

Rappelons que le texte en question va à l’encontre du principe de la riposte graduée, élément majeur du projet de loi Création et Internet défendu par la ministre de la Culture, Christine Albanel. Ce projet prévoit la suspension ou la résiliation de l'abonnement à Internet en répression du téléchargement illégal, en dehors de tout contrôle de l'autorité judiciaire. Or l’amendement 138 indique que « les libertés des citoyens ne pouvaient être restreintes que sur décision d'une autorité judiciaire ». Or le projet de Madame Albanel prévoit que les sanctions prononcées contre les internautes récalcitrants seront prononcées par l'Hadopi, une autorité administrative.

Le gouvernement français a alors forcé la main aux institutions européennes afin qu'elles rejettent l'amendement 138.

L'eurodéputé Guy Bono ne baisse pas les bras pour autant, dénonçant le déni de démocratie de Nicolas Sarkozy,  à qui l'amendement posait  des problèmes. , je redéposerai avec Daniel Cohn-Bendit cet amendement en deuxième lecture au Parlement européen » . En effet, l'affaire est loin d'être finie. La réforme des télécoms doit être débattue une seconde fois en février 2009 au Parlement.

Sources

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-riposte-graduee-paris-obtient-le-retrait-de-l-amendement-138-27524-page-1.html

http://www.silicon.fr/fr/news/2008/11/28/loi_anti_piratage___les_ministres_europeens_repoussent_l_amendement_138

 

2.3 Une mère de famille américaine arrêtée pour « harcèlement sur le web ayant provoqué la mort»

Les blagues de Lori Drew, 49 ans, sont d’un goût assez douteux. Cette mère de famille s’est fait passer pour un garçon de 16 ans prénommé Josh. Le tribunal fédéral de Los Angeles (Californie) l’a condamné pour fraude informatique et harcèlement après avoir caché sa véritable identité à une adolescente qui, plus tard, s'était suicidée. Les faits se sont déroulés sur le réseau social Myspace. Megan Meier, 13 ans, « fleuretait en ligne » avec le jeune homme inventé de toute pièce par son amie Sarah et sa mère Lori. Après plusieurs semaines, Megan reçoit un mail contenant le message suivant: « le monde serait meilleur si tu n'existais pas ». L'après-midi même, elle est retrouvée pendue dans sa chambre.

Selon le procureur Thomas O'Brien, « l'accusée savait que Megan Meier était dépressive, suicidaire et obsédée par les garçons, mais elle l'a néanmoins tourmentée, embarrassée, humiliée, elle s'est moquée d'elle et l'a blessée ». Lori Drew encourt jusqu'à trois ans de prison et 300.000 dollars d'amende. Il s'agit de la première poursuite criminelle concernant une affaire de harcèlement sur internet dans l'histoire de la justice américaine..

Lori Drew est d’autant plus en tort que le règlement de Myspace stipule que les utilisateurs doivent fournir des informations véridiques et exactes.

Sources

http://www.neteco.com/242732-reseaux-sociaux-americaine-condamnee-harcellement-provoque-mort.html

http://technaute.cyberpresse.ca/nouvelles/internet/200811/27/01-804807-suicide-dune-ado-harcelee-sur-internet-lori-drew-jugee-coupable.php?utm_source=Fils&utm_medium=RSS&utm_campaign=TCN_MANCHETTES_:_ACCUEIL


2.4 You Tube censuré en Turquie

 

-Reporter sans frontière s’insurge du blocage du site de partage de vidéos You Tube par le gouvernement Turc qu’il qualifie de censure portant atteinte « à la liberté d'information des citoyens turcs » (www.neteco.com) [1]. 

-You tube est accusé de porter atteinte à la mémoire du fondateur de la République turque, Atatürk, en 1923, en diffusant des images soutenant le Parti des Travailleurs Kurdes, interdit dans le pays.

- La procédure, ordonnée par le tribunal de police de la sous-préfecture de Cubuk (Ankara) s’appuie sur la loi 5651, jugée « source principale de la détérioration de la liberté d'expression sur Internet en Turquie » par RSF [1], et ordonne aux fournisseurs d'accès de bloquer l'accès aux sites visant notamment à « contredire la loi d'Atatürk ».

-La Turquie se place actuellement au 102e rang du classement mondial 2008 de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières.

-Le site de www.turquieeuropeenne.eu va encore plus loin que neteco en affirmant que le gouvernement et les autorités du pays ont du mal à accepter la liberté d’information et que par conséquent, la censure reste appliquée dans le pays  [2]. Bien qu’aucun de ces cyber-journaux ne le fasse remarquer, ce scandale relance le débat sur l’intégration de la Turquie au sein de l’UE où il est défendu que « chacun a droit à la liberté d’expression ».

Sources

[1] http://www.neteco.com/242766-rsf-condamne-fermeture-youtube-turquie.html 

[2] http://www.turquieeuropeenne.eu/article3053.html 

 
 

2.5 Net Ecoute Famille protège les mineurs sur Internet

 

e-Enfance, association à but non lucratif française ayant pour mission d’informer parents et enfants sur une utilisation responsable de l’Internet, ouvre le service   Net Ecoute Famille, soutenu par la Commission européenne et le ministère de l'Intérieur de Michèle Alliot-Marie. Officiellement lancé le 1er   décembre 2008, Ecoute famille est joignable au 0820 200 000 ; un   article de 01 net annonce qu’il a pour mission de répondre aux   problèmes que la Toile pose pour les mineurs [1]. Selon un article tiré du site commentcamarche.net, il propose également une aide psychologique   en cas de problèmes graves liés à Internet, comme la confrontation à des   images ou des sites choquants, un harcèlement moral et sexuel, ou encore la   dépendance au Web ou aux jeux vidéo [2].

 

La création de cette hotline s’inscrit dans la ligne du   programme « Internet plus sûr », qui impose aux pays de   l’Union de se doter d’un tel service téléphonique d’après un article publié   sur ec.europa.eu [3].

 

La Commission européenne a choisi e-Enfance   pour le mettre en place en France et finance le projet à hauteur de 50 %.

Ce service faisant office de hot line, est utile à   l’installation et au réglage des logiciels de contrôle parental visant à   empêcher les mineurs d’avoir accès à ces sites. Joignables du lundi au   vendredi de 9h à 18h, les interlocuteurs répondent aux questions posées par   les jeunes internautes ou leurs parents : aide à l'installation des logiciels   de contrôle parental, conseils pour un usage sécurisé d'Internet, etc.
01net et commentcamarche.net oublient toutefois de mentionner que certains   sites sont déjà interdits au moins de 18 ans et nécessitent une ratification   de l’internaute pour y accéder, bien que cette mesure s’avère inefficace face à la curiosité des mineurs les plus intrépides. 

Deux faits d’actualité auraient confirmé la   pertinence du service dont l’entrée en contact d’une adolescente avec un   pédophile par un chat et qui avait fugué pour le rejoindre. Puis, par le   rapport des députés de la majorité Arlette Grosskost et   Paul Jeanneteau sur l'addiction aux   jeux vidéo. Parlant des " dangers de l'Internet ", avec des   " sites où l'on   apprend à fabriquer des bombes, des sites qui appellent à la haine ou sont à   caractère pédo-pronographique ", Alliot-Marie déclare   selon un article publié sur www.generation-nt.com vouloir interdire en   France ce genre de sites, voulant soumettre un « projet   d'article relatif au blocage de sites diffusant des images pédo-pornographiques »   [4].

 

Sources

[1]http://www.01net.com/editorial/397725/une-hot-line-pour-la-protection-des-mineurs-sur-internet/

[2]http://www.commentcamarche.net/actualites/securite-sur-internet-une-hotline-a-l-ecoute-des-parents-et-des-mineurs-5847821-actualite.php3

[3]http://ec.europa.eu/information_society/activities/sip/index_en.htm

[4]http://www.generation-nt.com/net-ecoute-famille-hotline-alliot-marie-protection-mineur-internet-actualite-196091.html


 III) Actualités du net

 
3.1 Google Movies : Un nouveau service pour concurrencer Allociné.

Et encore une fonctionnalité de plus pour Google ! Cette fois-ci la société se lance dans un service d’horaires de cinéma, appelée Onebox Cinema. Ce système existait déjà aux Etats-Unis et au Japon. L’interface est assez simple, voire peut-être incomplète. Il faut tout d’abord se rendre sur la page http://www.google.fr/movies?sc=1&near puis indiquer le nom de la ville désirée. S’affiche alors une page comportant les cinémas de la ville, les films diffusés, les horaires, la durée, le genre cinématographique ainsi qu’un lien conduisant à des critiques de presse. Par contre le site ne comporte pas d’informations sur les films, comme des résumés ou des bandes-annonces. Google précise sur son service que « La sélection et le classement des articles publiés ont été réalisés automatiquement par un programme informatique et non par des critiques de cinéma ». Grégoire Lassalle, le directeur générale d’Allociné, pense que la concurrence de Google est « déloyale pour tous les sites consacrés au cinéma ».

Le site pcinpact.com déplore le manque d’interactivité du site et lui reproche ne pas être assez « web2.0 ». Effectivement on ne trouve ni forum, ni avis des internautes, et pas de possibilité de notation des films. Google Movies est donc encore loin d’être aussi complet qu’Allociné. C’est l’avis que partage Grégoire Lassalle: « Notre base de données de salles de cinéma est plus complète de 20 % à celle qu'utilise Google. Le service de critiques de films ne distingue pas assez clairement les critiques émanant de spectateurs et celle de journalistes, puisque les critiques des internautes sont mises sur le même plan que celles de la presse spécialisée, le tout d'une manière un peu brouillonne. Enfin, l'interface dépouillée, qui a fait la célébrité du moteur, me semble un peu trop austère dans l'univers du cinéma. »

Sources

http://www.pcinpact.com/actu/news/47592-google-cinema-salle-horaires-films.htm

http://www.01net.com/editorial/397463/google-chasse-sur-les-terres-d-allocine/ 

http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/interview/la-concurrence-de-google-est-deloyale-pour-la-plupart-des-sites-dedies-au-cinema.shtml  


3.2 Fermeture de Lycos Europe

Lycos Europe va mettre la clé sous la porte. Le moteur de recherche au labrador noir n’arrive plus à faire face au géant Google. L’éditeur allemand Bertelsmann, son propriétaire avec l’espagnol Telefonica a décidé d’arrêter les frais. Une perte de 17 millions d’euros pour les neuf premiers mois de 2008 aura coûté la vie à Lycos. Mis en vente depuis plusieurs mois personne n’a voulu l’acheter. Néanmoins Lycos Europe annonce qu’il versera 50 millions de primes exceptionnelles à ses actionnaires.  700 emplois risquent d’être supprimés.

Les activités non rentables comme les portails de contenu, l'hébergement et les Webmails, sont appelés à disparaître.

Sources :

http://www.silicon.fr/fr/news/2008/11/27/lycos_retourne_a_la_niche__defintivement 

http://www.01net.com/editorial/397665/lycos-europe-ferme/

 

3.3 Un nouveau site de réseaux sociaux : Ikodz

Un nouveau site est apparu sur la toile. Nommé Ikodz, il permet de retracer toute la vie sociale d’un internaute. Il comporte un procédé pouvant faire connaître notre vie sur Internet à une personne que l’on croise dans un lieu. Existant en plusieurs langues son code graphique est internatonal. La page d’un abonné contient les informations suivantes :

  • L'ikodz, un code unique propre à l'utilisateur. Imprimé      sur un t-shirt, une carte de visite ou un badge par exemple, il peut être photographié à l'aide d'un téléphone portable et permet d'accéder      directement à la page ikodz de la personne. Cependant il faut que le mobile soit doté d'un lecteur de codes 2D.
  • La présentation brève de l'utilisateur
  • Les liens vers les réseaux sociaux qu'il utilise
  • Les liens vers les sites de partage qu'il utilise
  • Les liens pour la discussion
  • Les liens vers les univers virtuels où il est présent
  • Les liens vers ses publications
  • Les liens vers ses livecasts
  • Les liens vers les micro-publications
  • Les liens vers les services de rencontre où il est inscrit
  • Les liens pour le Business
  • Les autres moyens de communication (téléphone fixe, téléphone mobile, site Web, etc. )
  • La photographie
  • Le module pour lui envoyer un message

Ikodz constitue donc une nouvelle forme de passage entre vie réelle et virtuelle.

Sources:

http://www.generation-nt.com/ikodz-reseau-social-actualite-193741.html

http://www.ikodz.com/ikodz.php  


3.4 L’actualité de Yahoo !

Rich Riley devient le nouveau patron de Yahoo Europe et Canada. Succédant à Tobby Coppel, Rich Riley sera chargé de développer et de superviser les activités de Yahoo basé au nouveau siège de Yahoo Europe situé à Rolle, en Suisse. Après avoir développé les services professionnels de Yahoo au sein des entités Corporate et Business Development, Rich Riley s'est concentré sur les produits dédiés au segment des PME aux Etats-Unis. En octobre 2007 il prend la direction de la division commerciale en charge des relations avec les annonceurs et les éditeurs pour le marché européen.

Sources

http://www.vnunet.fr/news/un_ex_manager_btob_de_yahoo_prend_la_direction_de_la_branche_europe-2029476

http://www.computerweekly.com/Articles/2008/11/28/233634/yahoo-to-lose-european-head.htm

Le buzz vient du Sunday Times, qui affirme dans ses colonnes que Microsoft serait prêt à acquérir Yahoo Search, le moteur de recherche de Yahoo pour 20 milliards de dollars. Après avoir rejeté une première offre de Microsoft, il semblerait le départ de l’ancien PDG Jerry Yang fasse bouger les choses.

Le financement ne s’effectuerait pas de la manière la plus simple qu’il soit: « Microsoft mettrait sur la table les 5 premiers milliards de dollars. 5 autres milliards seraient à trouver avec des investisseurs extérieurs. Cette première enveloppe réunie permettrait d'entrer dans le capital de Yahoo à hauteur de 30% et de disposer du droit de nommer trois membres du conseil d'administration de Yahoo (sur 11). Une fois installé dans le cœur du système Yahoo, les dirigeants pro-Microsoft chercheraient à obtenir un accord sur 10 ans pour gérer la partie "recherche en ligne" du groupe Internet visé. Ce qui permettrait de dégager un chiffre d'affaires supplémentaire de 2 milliards de dollars supplémentaires par an pour Yahoo. Et d'envisager un rachat complet de cette activité Yahoo Search par Microsoft pour 20 milliards de dollars » d’après vnunet.fr.

Cet article serait de l’ordre de la « fiction totale », démentent les dirigeants de Yahoo.

Sources

http://business.timesonline.co.uk/tol/business/industry_sectors/technology/article5258258.ece

http://www.vnunet.fr/news/microsoft_monterait_un_mecanisme_sophistique_pour_acquerir_yahoo_search-2029477

http://fr.biz.yahoo.com/30112008/290/un-accord-microsoft-yahoo-serait-de-la-fiction-totale.html

http://www.presence-pc.com/actualite/Microsoft-Yahoo-rachat-32592/

 

3.5 Jadu rapproche les langages PHP et .NET

L’éditeur britannique de solutions de gestion de contenus Jadu a conçu un outil permettant aux développeurs de monter des passerelles entre les deux langages. Le compilateur PHP Phalanger est mis à la disposition de toute la communauté OpenSource. Avantage direct: "Les firmes peuvent utiliser des applications PHP sans supprimer l'infrastructure existante .NET/Visual Studio", assure Suraj Kika, p-dg de Jadu. Cela pourra permettre de réduire le coût du développement d’applications web. Cet outil pourrait également éviter aux développeurs des deux camps de se lancer dans de coûteuses formations sur les langages .NET ou PHP, explique Suraj Kika.

Sources

http://www.silicon.fr/fr/news/2008/12/01/jadu_cree_une_passerelle_entre_les_langages_php_et__net

http://www.jadu.co.uk/site/scripts/news_article.php?newsID=59

 

3.6 MySQL 5.1est arrivé

Dans MySQL 5.1 GA, quelques bogues de la précédente version (2005) subsisteraient. D’après le site officiel mysql.fr, MySQL 5.1 offre un nombre encore accru d’améliorations de niveau entreprise. Celles-ci pourront aider considérablement tous ceux qui souhaitent utiliser MySQL pour des fonctions d’entrepôts de données et de décisionnel, pour des applications exigeant une disponibilité très élevée, ou pour des systèmes nécessitant une base de données puissante mais capable de fonctionner de façon autonome, ne demandant que peu d’attention mais pouvant servir en permanence des milliers de requêtes utilisateurs par seconde.

Michael Widenius, le cofondateur du logiciel de système de gestion de base de données (SGBD), a noté ces bogues sur son blog et conseille aux utilisateurs l’apparition de nouveaux patchs permettant de résoudre ces problèmes. Selon lui, « cette nouvelle version apporte des correctifs significatifs à la version 5.0, sortie en 2005. Il serait même probablement sans risque de la tester sans faire usage des nouvelles fonctionnalités. » Il conseille aux utilisateurs de ne pas la mettre en route avant d'en avoir fait un test complet, « de préférence en la faisant tourner sur des cobayes pendant plusieurs semaines ».

Sources:

http://www.neteco.com/243402-mysql-comporterait-nombreux-bogues.html

http://www.mysql.fr/why-mysql/white-papers/mysql_wp_newin51.php.fr 

3.7 Fermeture du service d'enregistrement de la TNT du site de Nouvelobs

Nouveau rebondissement de la chasse aux « contrefacteurs » menée par les grandes chaînes de TV depuis plusieurs semaines. Peu de temps après Wizzgo, le site du magazine Nouvelobs suspend à son tour son service d’enregistrement des programmes de la TNT pour parer à la condamnation du tribunal de grande instance de Paris sur les plaintes des chaînes TF1 et M6 qui l’accusent de faire de leurs programmes des contrefaçons [1]. Un nouveau coup dur porté à l’encontre des magnétoscopes en ligne dont l’avenir est désormais incertain.

Denis Olivennes,  l'inspirateur du projet de loi Création et Internet (2007), nouveau directeur de la publication du Nouvel Observateur, se défend de toute accusation de contrefaçon en affirmant que « le site ne maintiendrait pas un service ne respectant pas les droits des producteurs et des ayants droit. »[2]. Denis Olivennes fut chargé d’une mission visant la lutte contre le téléchargement illicite et le développement des offres légales d'œuvres musicales, audiovisuelles et cinématographiques par le ministère de la Culture. Ce rapport (dit Rapport Olivennes) a été remis à la ministre de la Culture Christine Albanel en 2007.

-Menacé, Recordme tv, monté sur le même modèle que Wizzgo, ferme à son tour. Le journal en ligne www.numerama.com, dénonce le service de TNT du site nouvelobs.com, l’accusant d’avoir utilisé le service Recordme.tv sous sa propre marque, en toute illégalité. Il permettait d'enregistrer gratuitement jusqu'à trois programmes, et devenait ensuite payant à 1,80 euros pour 12 programmes enregistrés [3].

-Les chaînes de télévision refusent d’autoriser les magnétoscopes en ligne, même protégés par des DRM (Digital Rights Management), car ils souhaitent se réserver à eux-mêmes les services en ligne qui permettent de revoir les programmes précédemment diffusés. M6 a lancé en début d'année le site M6Replay, qui permet de revoir une partie de la grille après diffusion sur l'antenne.

Sources :

[1] http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39385158,00.htm

[2]http://www.vnunet.fr/news/magnetoscope_numerique___nouvelobs_com_coupe_son_service_pour_eviter_la_foudre-2029469 

[3]http://www.numerama.com/magazine/11428-Olivennes-pris-au-piege-de-Wizzgo-Recordmetv-ferme-ses-portes.html


IV) Colloques-conférences-expositions

4.1 Rencontres Annuelles du Droit de l'Internet 2008

Lundi 1er décembre eurent lieu les rencontres annuelles du droit de l’Internet à Paris, au Palais du Luxembourg. Cette journée est organisée par l’association Cyberlex en partenariat avec l’AFNIC. Le thème de cette année est : « Internet et l’Individu : des limites à poser, une harmonie à construire ». Réunissant magistrats, avocats, responsables juridiques et professeurs, cet évènement était accessible uniquement sur invitation. Des débats autour de tables rondes étaient modérés par des professionnels.

Sources

http://www.cyberlex.org/

http://www.droit-technologie.org/event-101/recontres-annuelles-du-droit-de-l-internet-2008.html

4.2 Le Forum Mondial du Libre à Paris

Plus de 160 intervenants et un millier de participants se sont côtoyé durant deux jours lors du Forum Mondiale du Libre à Paris. Ayant débuté à partir du 1er décembre, ce forum tente de démontrer l’importance que vont acquérir les logiciels libres dans les entreprises d’ici quelques années. Une enquête affirme que la France est le pays le plus avancé en termes d’usage devant l’Allemagne. Le coût, l’indépendance vis-à-vis des éditeurs, la flexibilité ou l’innovation sont des arguments vivement utilisés pour promouvoir le logiciel libre. Cette conférence a également pour objectif de délivrer une feuille de route fixant les lignes directrices du secteur à horizon 2020.

Les participants peuvent découvrir les tendances de l’opensource, débattre de l’avenir  du logiciel libre, apprendre les bonnes pratiques ou encore dialoguer avec des chefs d’entreprise ou des responsables IT.

D'après une étude du Gartner Group, dans un an, 100 % des entreprises utiliseront l'open source. Ensuite, d'après une étude comparable de Forrester, 92 % entreprises choisissent aussi l'open source parce que ça marche.

Sources

http://www.zdnet.fr/actualites/informatique/0,39040745,39385222,00.htm?xtor=RSS-1

http://www.openworldforum.org/fr/accueil/

http://www.01net.com/editorial/397684/monsieur-jourdain-et-l-open-source/



Commentaires sur Loïc Alliot et Paul Normand

Nouveau commentaire