19 novembre 2008

Alix Devevey/Eugénie Di Leone

L'actualité de la Gouvernance Internet du 13 novembre au 20 novembre (Alix Devevey et Eugénie Di Leone)

Les géants du Web

Les législations

L'actualité sur la toile

Les conférences

Les publications

1. Les géants du Web

A) Google

1) Google passe aux vidéos sponsorisées sur YouTube

2) Google lance l’indexation immédiate pour ses clients professionnels

3) Traquer le virus de la grippe grâce à Google

4) Peut-on tout confier à Google ?

       B) Yahoo ! Jette l’éponge

C) Microsoft ajoute une couche de réseau social dans Windows Live

2. Législation


A) La Net Neutrality

B) La bibliothèque numérique européenne ouvre ses portes !

C) Fermeture de wikipédia : 3 jours

D) Piratage & co’

  1) La chasse aux internautes

              2) Piratages = destruction d’emplois culturels

              3) Quand TF1 traque les pirates….

              4) L’UMP s’est planté !

5) Chasseurs de primes

E) Les Spam sur la toile

F) Protéger vous avec ClicProtect

3. L’actualité sur la toile


     A) Dossier les réseaux sociaux : Réseaux sociaux, jusqu'où vous montrez-vous ?

B) Obama, le président qui communique sur le web

     C) L'Education nationale va distribuer des clés USB aux nouveaux enseignants

Conférences

Publications


Les géants du Web


GOOGLE



Google passe aux vidéos sponsorisées sur YouTube


Google, qui est la maison mère de YouTube, a décidé de monétiser l'audience de YouTube générée par quelque 300 millions d'utilisateurs dans le monde. Dorénavant les annonceurs pourront utiliser un système d'enchères similaire aux mots-clés en payant pour que leur vidéo publicitaire apparaisse en premier dans les résultats de recherche sur YouTube suivant la requête formulée.

Les vidéos ainsi mises en valeur seront taguées de "sponsorisées" au même titre que les liens commerciaux. La position de la vidéo sponsorisée sera déterminée par plusieurs facteurs, à savoir l'intérêt qu'elle a pu susciter auprès des internautes, ainsi que le coût au clic auquel l'annonceur sera prêt à souscrire. Le service, baptisé YouTube Sponsored Videos, pourrait également être décliné auprès des auteurs de vidéos qui voudraient augmenter l'audience de leur création.

Comment ça fonctionne ?

Les auteurs ou annonceurs choisissent un mot-clé, à rattacher à la vidéo en question et sur laquelle ils placent une enchère, pour s'assurer de sa visibilité dans l'encart réservé aux vidéos sponsorisées, les résultats ‘affichent sur un bandeau, a droite de la requête, comme avec le moteur de recherche Google. Ils fixent également le budget maximum qu'ils souhaitent dépenser pour cette campagne de promotion, facturée au coût par clic. Pour l'instant, seuls les utilisateurs américains peuvent placer des enchères.

Ensuite, à chaque fois qu'un internaute tapera un mot-clé mis aux enchères, il verra s'afficher les résultats classiques de YouTube, plus, sur le côté droit, les résultats issus des vidéos sponsorisées (voir l'image). C'est exactement le même fonctionnement que pour les résultats de recherche classiques de Google et les liens sponsorisés.


Sources:

http://www.journaldunet.com/breve/international/33457/youtube-lance-les-videos-sponsorisees.shtml

http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39384816,00.htm

http://www.neteco.com/177440-youtube-sponsored-videos-google-adwords.html

http://www.generation-nt.com/youtube-videos-sponsorisees-achats-mots-cles-actualite-186851.html


Google lance l'indexation immédiate pour ses clients professionnels

Les pages des sites Web seront mieux indexées par Google qui vient d'annoncer que les clients de Site Search auront dorénavant la possibilité d'intervenir sur la fréquence de rafraîchissement de l'indexation réalisée par Google, alors que cette étape - essentielle pour un référencement pertinent et efficace - était jusqu'alors réalisée automatiquement et périodiquement.


Comment ça fonctionne ?

Les éditeurs de sites Web qui souscrivent au service verront donc apparaître un bouton 'index now' sur la page de configuration de leur compte Site Search. L'indexation à la demande permet à aux clients - les éditeurs de sites Internet - de venir dire à Google 'je viens d'ajouter 100 ou 1000 nouvelles pages, indexez les maintenant.
A l'issue d'une demande d'indexation, il ne faudrait que 24 heures pour que le nouveau contenu soit accessible à partir d'une requête.


Sources:

http://www.silicon.fr/fr/news/2008/11/14/google_ameliore_son_offre_de_recherche_pour_les_entreprises

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-google-lance-l-indexation-a-la-demande-pour-ses-clients-professionnels-27399.html

http://actu.abondance.com/2008/11/google-site-search-indexe-plus-vite-les.html



Traquer le virus de la grippe grâce à Google


Les internautes américains peuvent désormais consulter Google Flu Trends, un outil servant à mesurer le niveau d’épidémie de grippe aux Etats-Unis. Il cartographie la propagation des épidémies de grippe outre-Atlantique en fonction des requêtes tapées par les internautes (quand un internaute fait des recherches sur le virus, ses symptômes…) dans son formulaire de recherche. Le suivi prend en compte l'adresse IP et permet donc de déterminer l'origine géographique de l'internaute. Selon ses premières expérimentations, Google parvient à prédire ainsi l'irruption d'une épidémie de grippe dans une région avec sept à dix jours d'avance sur sa détection par les services sanitaires du US Center for Disease Control and Prevention, qui peuvent prévoir et adapter leurs services à l’épidémie et réagir plus rapidement.

Conforté par ces résultats, Google compte «explorer d'autres pays, langues et maladies dans le futur, c’est un exemple de la manière dont Google peut utiliser ses systèmes pour arriver à un résultat de prédiction.

Sources:

http://www.lemonde.fr/planete/article/2008/11/13/google-meilleur-detecteur-de-la-grippe-aux-etats-unis_1118065_3244.html#ens_id=1118909

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/internet/d/google-flu-trends-google-traque-la-grippe-sur-internet_17343/

http://www.lepetitjournal.com/content/view/33582/204/

http://www.lefigaro.fr/sante/2008/11/13/01004-20081113ARTFIG00381-google-traque-l-avancee-des-epidemies-de-grippe-.php


Peut-on tout confier à Google?


Le Monde du week end du 15 et 16 novembre était un numéro spécial high-tech et la couverture titrait : Peut-on tout confier à Google ? Le dossier principal du magazine retrace toutes les fonctionnalités du géant Google, de ses nombreux atouts, mais aussi ses dérives.

Le dossier commence par présenter le cas d’un homme qui soupçonnait sa femme de le tromper. Il a réussit à retrouver l’amant (qui était en fait une amante) grâce à la divulgation accidentelle d’un fichier contenant les logs de 658 000 utilisateurs, collectés entre les mois de mars et de mai de la même année. Les logs, c'est-à-dire l'historique des mots-clés recherchés sur Google depuis le portail d'AOL, accolés à la date et à l'heure de leur recherche.

Chez Google, le responsable mondial de la protection des données a choisi de travailler à Paris. Tout un symbole :

la France est le premier pays à s'être doté, en 1978, d'une loi sur l'informatique et les libertés. En avril 2008, le groupe Article 29 (ou G29), qui rassemble toutes les autorités européennes de protection des données personnelles, a publié une analyse juridique des activités de recherche sur Internet. Le G29 recommande en conclusion que les logs générés par les recherches en ligne ne soient pas conservés plus de six mois.

L’article tente aussi de savoir ce qu’est Google : la question est d'autant plus cruciale que la société n'est plus seulement, depuis longtemps, un moteur de recherche. Google est devenu tout autre chose – chose qui reste d'ailleurs à définir. L'entreprise délivre et stocke du courrier électronique (Gmail), propose des services de cartographie (Google Earth) et de calcul d'itinéraires (Google Maps), ausculte et décortique le trafic des sites Internet (Google Analytics), compile la presse (Google News), gère des agendas en ligne (Google Calendar), édite des blogs (Blogger), indexe la littérature savante (Google Scholar), stocke des albums photo (Picasa) et des vidéos (YouTube), scanne et conserve des livres (Google Book Search), gère des carnets de santé électroniques (Google Health)… Google chasse aussi depuis peu sur les terres de Microsoft en proposant un traitement de texte et un tableur en ligne (Google Documents) qui permet de s'affranchir de la sacro-sainte et fort coûteuse suite logicielle Microsoft Office. Google sait tout, Google s'occupe de tout. Depuis quelques semaines, il est même embarqué sur un smartphone (G1) concurrent de l'iPhone d'Apple et fait pièce à Internet Explorer et Firefox avec son nouveau navigateur (Chrome)… Autre versant de son succès : Eric Schmidt, son PDG, est désormais un des principaux conseillers du nouveau président Barack Obama. Liste non exhaustive. Au siège de Google France, on rappelle volontiers que nombre de sociétés – banques, assurances, opérateurs de télécommunications – disposent elles aussi de données touchant à l'intimité de leurs clients. Certes. Mais jamais autant de données privées n'ont été assemblées sur une seule et même plate-forme, sur un système informatique intégré.

Où sont localisées ces informations ? Où sont stockés ces logs, mais aussi toutes ces précieuses bribes de vie quotidienne, ces requêtes, ces correspondances, ces documents ? Où repose cette "base de données d'intentions" ?

Mais la vérité est que celles-ci ne sont pas stockées sur un serveur situé sur un site particulier : elles le sont sur un réseau d'un grand nombre de serveurs situés sur un grand nombre de sites, eux-mêmes dispersés dans plusieurs pays. Tout est d'ailleurs stocké en deux endroits au minimum pour qu'en cas de coupure d'électricité sur un site, on ne perde pas de données.


Cela s’appelle le cloud computing, cette "informatique nébuleuse" dans laquelle toutes les données des utilisateurs (courriers, documents, albums photo, vidéos, etc.) ne sont pas nécessairement inscrites sur le disque dur de leur ordinateur mais sont stockées en ligne, sur des réseaux de gros serveurs.

Source: 

http://www.lemonde.fr/le-monde-2/article/2008/11/14/peut-on-tout-confier-a-google_1118856_1004868.html#ens_id=1118909



Yahoo ! Jette l’éponge


La suite de l'histoire de Yahoo! s'écrira sans son cofondateur. En pleine tempête financière, Yahoo tourne une autre page de son histoire : Jerry Yang va quitter son poste de président du groupe Internet qu’il occupait depuis mars 2007. La décision a été officialisée lundi 17 novembre. La démission sera effective lorsque le conseil d'administration lui aura trouvé un successeur.

Avec le départ de M. Yang, se pose la question de l'avenir de Yahoo!. Le projet de rachat du portail Internet par Microsoft sera-t-il à nouveau d'actualité ? Ce sera au futur PDG de trancher.

Sources :

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2008/11/18/jerry-yang-quitte-la-presidence-de-yahoo_1120029_651865.html

http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39384909,00.htm

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-apres-une-gestion-desastreuse-de-yahoo-jerry-yang-quitte-son-poste-de-pdg-27421.html


Microsoft ajoute une couche de réseau social dans Windows Live

Pour la troisième version de Windows Live, disponible en décembre, Microsoft s'est inspiré de Facebook en apportant de nouvelles fonctionnalités sociales à ses applications tel que la personnalisation, le réseau social et le partage de fichiers (photos). Elles ont pour but de toucher un plus large public avec une utilisation simple à la manière de flick’r ou encore picasa pour le partage de photos mais en plus amélioré. L'éditeur proposera également un service collaboratif, Windows Live Groupe, qui permettra aux utilisateurs de s'échanger, via un espace commun, des photos, des fichiers, de créer un blog ou encore de gérer un calendrier partagé.


Sources :

http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39384800,00.htm

http://www.zdnet.fr/galerie-image/0,50018840,39384857,00.htm

http://www.futura-sciences.com/newsrss-windows-live-nouvelles-fonctionnalites-sociales-images_807945_0.php

http://www.memoclic.com/657-windows-live/5772-live-mail.html


Législation

Net neutrality

Le sénateur américain Byron Dorgan devrait déposer en janvier un projet de loi afin d'instituer le principe de neutralité des réseaux (Net Neutrality). Appelée « Internet Freedom Preservation Act », cette loi empêcherait les fournisseurs de services haut débit d'effectuer une discrimination sur le contenu, les applications ou les services Internet par traitement préférentiel, et les obligerait à respecter la « Net Neutrality ». Un principe soutenu par Barack Obama. Si une telle loi était amenée à voir le jour, elle trancherait la querelle qui voit les Fournisseurs d’Accès à Internet demander aux éditeurs de contenus de participer financièrement aux coûts de bande passante liés à  leurs activités. En particulier les sites d'échanges vidéo ou les services de peer-to-peer, qui en sont d'importants consommateurs. Le projet de loi est déjà contesté par les opérateurs, notamment AT&T, qui considèrent que le respect du principe de neutralité des réseaux est déjà garanti par la Commission fédérale américaine des communications (FCC), et qu'une loi n'est donc pas indispensable.

http://www.journaldunet.com/breve/international/33507/us---vers-une-loi-pour-imposer-la--quot-net-neutrality-quot.shtml

http://lumiere.ens.fr/~guerry/trads/tim_wu_pourquoi_neutralite_reseau.html

La bibliothèque numérique européenne ouvre ses portes !

Europeana ouvrira ses portes jeudi 20 novembre, a annoncé Viviane Reding, commissaire européen en charge de la Société de l'information et des Médias, à l'occasion du Forum d'Avignon sur la culture et l'économie. Ce sont plus de deux millions d'oeuvres culturels numérisés auxquels pourront accéder gratuitement les internautes sur un portail décliné en 21 langues : Europeana.eu. "L'objectif est d'atteindre voire de dépasser 10 millions d'oeuvres culturels d'ici 2010", a-t-elle précisé. Ces documents libres de droit proviennent des collections d'une centaine d'institutions culturelles -- archives, musées et surtout bibliothèques publiques -- des 27 pays membres de l'Union Européenne. La France est le principal contributeur avec ses archives de la Bibliothèque Nationale de France (BNF) et de l'Institut National de l'Audiovisuel (INA) qui constituent à eux seuls plus de la moitié des oeuvres disponibles sur Europeana.
Pour l'instant, 1 % seulement du contenu des bibliothèques nationales européennes est numérisé, mais ce chiffre devrait atteindre 4 % d'ici 2012.

http://www.republique-des-lettres.fr/10586-europeana.php

http://www.actualitte.com/actualite/6000-Europeana-culture-bibliotheque-numerisation-Reding.htm

http://www.journaldunet.com/breve/international/33599/la-bibliotheque-numerique-europeenne-va-ouvrir-ses-portes.shtml


Fermeture de Wikipédia : 3 jours


Faire fermer Wikipédia, étant donné le succès et la visibilité du site, ce n'est pas rien. C'est pourtant ce qu'a réussi à faire pendant, près de trois jours, un député allemand, Lutz Heilmann, en raison de la présence dans l'encyclopédie d'affirmations diffamatoires à son encontre. Le texte de Wikipédia avançait des éléments contestés de sa vie privée, comme le fait qu'il ait envoyé des messages de menaces à son ancien compagnon, qu'il ne soit pas allé au bout de son cursus universitaire en droit et qu'il ait travaillé dans le business de la pornographie en ligne.

Le tribunal a donc décidé de fermer Wikipédia pendant quatre semaines dans un premier temps mais finalement la sanction n'aura duré que trois jours. Lutz Heilmann a annoncé ensuite qu’il a renoncé aux poursuites après avoir obtenu des modifications sur sa fiche biographique. Il a donc permis la réouverture du site.


http://www.01net.com/editorial/396532/un-depute-allemand-fait-fermer-wikipedia-puis-s-excuse/

http://www.lefigaro.fr/international/2008/11/19/01003-20081119ARTFIG00077-un-ancien-de-la-stasi-se-prend-les-pieds-dans-la-toile-.php

http://www.ecrans.fr/Wikipedia-Deux-jours-de-censure-en,5710.html



Piratages and Co’


La chasse aux internautes

La chasse aux internautes "p2pistes" (pratiquant le peer to peer) devrait être confiée à la société française Advestigo. Spécialiste de la recherche de contenu sur les réseaux, l'entreprise compte parmi ses clients le service de recherches judiciaires et de documentation de la gendarmerie, et s'est doté d'un de ses systèmes de traque des pédopornographes. Advestigo transmettra aux sociétés de perception et de répartition des droits d'auteurs (SPRD) les adresses IP censées permettre de retrouver les contrevenants. Dans un premier temps, 10 000 fichiers musicaux seront mis sous surveillance. Néanmoins, aucun élément ne pourra permettre d'identifier celui qui a partagé un fichier protégé. De leur côté, les Suédois de The Pirate Bay, un des plus grands sites de téléchargement, prévoient de diffuser de fausses adresses IP afin de brouiller les recherches des limiers des SPRD. Michel Roux, patron d'Advestigo, assure que son système est hermétique à ce type de sabotage. Deplus, le site Web de l'OCLCTIC (Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l'Information et de la Communication) pour le signalement des faits liés à la pédopornographie comprendra bientôt aussi un volet pour alerter les enquêteurs sur des contenus illicites, dont les escroqueries sur Internet.


Sources :

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2008/11/14/la-loi-antipiratage-deja-serieusement-minee_1118495_651865.html#ens_id=1109593

http://www.journaldunet.com/solutions/securite/actualite/une-plate-forme-de-signalement-des-contenus-illicites-se-met-en-place-en-france.shtml

http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39384821,00.htm



Piratages = destruction d’emplois culturels


Deux cabinets de conseil ont évalués les pertes en recettes et en emplois en 2007 dans la musique, le cinéma, la télévision et le livre. Le piratage aurait entraîné l'an dernier 1,355 milliard d'euros de recettes en moins pour l'industrie culturelle, avec 5 000 emplois supprimés dans les divers secteurs étudiés. L'étude n'a pas effectué un recensement des postes non renouvelés d'une année à l'autre ni un inventaire des licenciements et n'a pas fait d'enquête auprès de services de ressources humaines. Dans les faits, cette année, EMI Music et Sony BMG ont engagé des plans de licenciements, avec respectivement 1 500 et 2000 emplois supprimés en Europe, sont 80 à 100 postes en France pour Sony. Tandis que la vente de musique numérique, elle, ne cesse d’augmenter grâce au mobile, la vente en ligne ainsi que les formules de streaming. Côté cinéma, la perte s'élèverait à 605 millions d'euros, cela serait dû au recul du marché du DVD et à la fréquentation des salles qui est de plus en plus minime. Là, ce sont 2 419 emplois à temps plein qui auraient été détruits. Selon l'étude, les chaînes de télévision gratuites (TF1, France 2, France 3 et M6) subissent elles aussi les conséquences du piratage à travers la diffusion illégale des séries télévisées. Quand au secteur du livre, il semble peu touché par le piratage, cependant les auteurs gardent un œil sur le « livre numérique » qui pourrait engendrer des pertes.

Sources :

http://www.clubic.com/actualite-177720-telechargement-illegal-chiffre.html

http://www.journaldunet.com/breve/33464/le-piratage-couterait-5-700-emplois-a-l-industrie-culturelle.shtml

http://www.silicon.fr/fr/news/2008/11/13/telechargement___dessine_moi_un_pirate_

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Une-etude-affirme-que-le-piratage-en-ligne-a-detruit-5-000-emplois-l-an-passe_39382-745076_actu.Htm

http://www.01net.com/editorial/395954/piratage-une-etude-estime-a-5-000-le-nombre-d-emplois-culturels-detruits/

http://www.journaldunet.com/breve/france/33509/la-vente-de-musique-numerique-a-le-vent-en-poupe.shtml

Quand TF1 traque les pirates….


TF1 vient à son tour de signer avec l'Institut national de l'Audiovisuel (INA) pour l'utilisation de « Signature » (technologie d'identification des contenus par empreintes numériques de l'INA). Le groupe audiovisuel rejoint Canal Plus et Dailymotion, déjà utilisateurs de cet outil pour empêcher la diffusion de vidéos piratées. « L'INA est en mesure grâce à ce logiciel de protéger quasi immédiatement après leur diffusion les contenus de TF1 jugés comme très sensibles au piratage. Cette performance dote TF1 d'une protection solide et réactive », indique la première chaîne française dans un communiqué. Opportunité qui n’est pas des moindres pour TF1 car elle pourra concentrer audience et monétisation de son « business » (lci.fr, eurosport.fr…) dans un cadre réglementé.


Sources :

http://www.01net.com/editorial/395952/tf1-va-contrer-le-piratage-de-ses-emissions-avec-la-technologie-de-l-ina

http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39384833,00.htm

http://www.futura-sciences.com/newsrss-tf1-annonce-vouloir-securiser-contenus-via-technologie-ina_807941_0.php

L’UMP s’est planté !


Les députés UMP ont adopté jeudi 13 novembre lors du vote des crédits "médias" un amendement du député Patrice Martin-Lalande qui revient à retirer 20 millions d'euros d'aide de l'Etat à la presse écrite pour les attribuer au secteur de l'internet et des innovations technologiques. Mais cet amendement qui permet de dénoncer une situation de concurrence entre la presse papier et la presse numérique n'aurait pas dû être voté. Dès que l’assemblée s’est rendu compte de cette redoutable méprise, la majorité a assuré qu’elle allait la rectifier, ce qui était pourtant salutaire pour la presse numérique…

http://www.numerama.com/magazine/11334-L-UMP-vote-quelque-chose-de-juste-pour-Internet-par-erreur.htm

http://thecriclinks.blogspot.com/2008/11/lump-vote-quelque-chose-de-juste-pour.html



Chasseurs de primes

Victime de chantage après le vol des données personnelles de ses clients, la société de gestion d'assurances-maladie Express Scripts offre une récompense pour retrouver les criminels. Elle propose 1 million de dollars de récompense pour toute information permettant de mettre la main sur les pirates qui se sont introduits dans ses systèmes informatiques. les escrocs menacent de publier sur Internet les données médicales de millions d'américains si la société ne leur verse pas quelques millions de dollars. Le FBI enquête, affaire à suivre…


http://www.01net.com/editorial/396453/un-million-de-dollars-de-prime-pour-debusquer-des-pirates/

http://fr.news.yahoo.com/12/20081117/ttc-un-million-de-dollars-de-prime-pour-549fc7d.htm



Les Spams sur la toile

Le temps d’une journée, Internet a connu un répit spectaculaire avec une baisse de 75% du spam mondial grâce à la fermeture d’un hébergeur californien.

Le spam est devenu tellement courant que l'on imagine même plus pouvoir s'en défaire. Et pourtant, on peut encore lutter de front contre le spam, en l'attaquant au coeur. C'est la prouesse réalisée par Brian Kerbs, un journaliste américain du Washington Post dont l'enquête a permis d'identifier et de neutraliser les serveurs de la société californienne McColo qui hébergeaient des botnets responsable d'une grande partie du spam mondial.

Ces robots informatiques déversaient quotidiennement des millions de spams publicitaires mais aussi des e-mails à caractère pédophile. Le journaliste a contacté les deux fournisseurs de bande passante de McColo qui ont alors coupé les connexions. En moins d'une heure mercredi dernier, le spam mondial a alors chuté de 75% selon les données relevées par SpamCop. Cette victoire est malheureusement de courte durée puisqu'il n'aura fallu que 24 heures pour que les spammeurs commencent à se réorganiser. Ce fléau devrait retrouver son niveau « normal » dans quelques jours, et même on s'attend à un record au moment des fêtes de fin d'année.

Sources :

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/medias/multimedia/20081115.ZDN7308/chute_brutale_des_spams_envoyes_apres_la_fermeture_dun_.html

http://www.cnetfrance.fr/news/internet/chute-75-spam-mondial-39384851.htm

http://www.datanews.be/fr/news/90-55-21085/deux-tiers-de-pourriels-en-moins-dans-le-monde.html

http://techno.branchez-vous.com/actualite/2008/11/le_spam_baisse_subitement.html

http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39384849,00.htm


       

        Protéger vous avec ClicProtect


La période des achats de Noël approche... et son inévitable cortège de plaintes de cyber-acheteurs. ClicProtect a bien choisi son moment pour le lancement de son service de protection juridique des achats de biens sur Internet au clic. La cible : les internautes qui craignent des litiges en matière de délais de livraison non respectés, de colis endommagés ou encore de problèmes liés au service après vente, ainsi que ceux qui s'inquiètent de la sécurité des paiements. ClicProtect assurera les transactions (en France) de plus de 80 euros contre tous les litiges qui peuvent opposer l'e-acheteur au commerçant moyennant finance : 2.50 € par panier (qu’il y ait un ou plusieurs articles)

Sources :

http://www.01net.com/editorial/396480/2-50-euros-pour-assurer-votre-commande-en-ligne/

http://www.journaldunet.com/breve/france/33556/lancement-de-clicprotect--protection-juridique-des-e-acheteurs.shtml

http://www.itrnews.com/articles/82805/clicprotect-2-assurer-achats-ligne.html

http://www.categorynet.com/v2/communiques-de-presse/internet/clicprotect%AE-protege-les-achats-de-biens-sur-internet--2008111881443/

L’actualité sur la toile


Dossier les réseaux sociaux : Réseaux sociaux, jusqu'où vous montrez-vous ?


Un site propose une enquête sur la pudeur et l'impudeur sur le web pour découvrir son profil social et apporter un éclairage sur nos comportements en cyber société.

Les questions que posent l’enquête sont su type : le Web 2.0 est-il en train de modifier notre manière de nous présenter en public ? Que montrons-nous de nous sur Facebook, Skyblog, Myspace, Linkedin ou Meetic ? Le succès de ces nouveaux sites relationnels est-il en train d'affecter la manière dont nous exhibons ou nous cachons certains traits de notre identité ?

C'est à cette question que souhaite répondre un jeu, développé par les équipes R&D de France Telecom Orange et La cantine, un espace public dédié au travail collaboratif en réseau, dans le cadre du programme d'action "Identités Actives" par Faber Novel, la Fing et Orange Labs. Au final, ce jeu propose de participer, en s'amusant, à une enquête sérieuse de sociologie pour décrypter nos comportements sur les réseaux sociaux. Il permet de découvrir votre personnalité sur le Web 2.0 en choisissant des photos que vous seriez prêt à rendre publiques et celles que vous ne voudriez surtout pas montrer sur le Web. Il va aussi vous permettre de découvrir de nouveaux amis en vous aidant à percevoir les critères que vous privilégiez pour les choisir… ou les éliminer. Les informations récoltées devraient permettre d'apporter un éclairage pertinent sur les services communautaires.


Pour jouer http://sociogeek.com/

http://www.esseclive.com/multimedia/internet/news/011633-reseaux-sociaux-jusquou-vous-montrez-vous.htm



Obama, le président qui communique sur le web

Barack Obama a enregistré le 14 novembre, depuis son bureau de Chicago, son premier discours à la nation américaine depuis son élection, diffusé le lendemain sur les radios du pays ainsi que sur YouTube et  le site change.gov. Il en fera de même chaque samedi, pour chacune de ses allocutions. Les deux sites sont au cœur de la stratégie de communication et de la démocratie participative que le nouveau président élu souhaite mettre en place : diffusion de vidéos détaillant les objectifs du président et de son équipe, mais aussi des sessions de « chat au coin du feu » avec les internautes depuis la Maison Blanche. Cette dernière devrait d'ailleurs disposer d'une chaîne sur YouTube, où pendant la campagne Obama et son équipe ont posté plus de 1800 vidéos.


Pour écouter le discours de Barack Obama sue YouTube :

http://www.youtube.com/watch?v=Zd8f9Zqap6U&eurl=http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39384866,00.htm


http://techno.branchez-vous.com/actualite/2008/11/obama_chaque_semaine_sur_youtu.html

http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39384866,00.htm

Conférences, colloques, biennales…

« Démocratie en réseaux » Cité des Sciences et de l’industrie, Paris, 17 novembre 2008
http://www.democratie-en-reseaux.net


« Document numérique et société » Cnam, Paris, 17-18 novembre 2008

http://www.doc-soc.fr


« Mobilis 2008 : Solutions de mobilité urbaine : concepts, nouveaux usages et services », Belfort, 18-19 novembre 2008
http://barcamp.org/MoveCamp

« Vers des données publiques ouvertes », Ecole des ingénieurs de Genève, 21 novembre 2008.
http://ot.geneve.ch

« Villes Internet : 10 ans ! », Cardin, jardin des Champs Elysées, Paris, 24 novembre 2008.
http://www.villes-internet.net/UPLOAD/rubrique/pages/397/397_rubrique.php

« ICT'08 : I's to the Future » Lyon, 25-27 novembre 2008
http://ec.europa.eu/information_society/events/ict/2008/index_en.htm
http://www.capdigital.com/xwiki/bin/view/Actualites/ArticleICT08I%3FsToTheFuture

« Digiword Summit 2008 : l'avenir de l'Internet », Montpellier, 19-20 novembre 2008
http://www.digiworldsummit.com

ONLINE EDUCA BERLIN (2008). « Comment la Génération Y apprend-elle à apprendre ? » 14ème édition d’Online Educa Berlin, Hôtel Intercontinental de Berlin du 3 au 5 décembre 2008.

http://berlinprospective.blogspirit.com/

http://www.online-educa.com/


Forum West Web Valley (2008). « Le Web 2.0 dans tous ses états ! » Le Diapason, Campus de Beaulieu, Rennes, 20 novembre 2008.

http://www.meito.com/fr/DiaryR0000/DiaryM0001/Diary0034
http://www.westwebvalley.com

ECOTER (2008). « Comment les TIC peuvent-ils contribuer au développement durable ? » Maison de la Région, 15 rue de l’Ancienne Comédie, 86000 Poitiers, le 20 novembre 2008

http://www.ecoter.org/html/seminaires2.html


Manifestation


Une bourse aux technologies se tiendra le 18 novembre 2008 à l'Institut Telecom à Paris. Cette manifestation est organisée par l'IE Club. Une table ronde sera animée sur le thème " contenus et médias numériques - quels impacts sur les usages ".

http://www.journaldunet.com/breve/france/33411/l-ie-club-organise-une-bourse-aux-technologies.shtml

http://ie-club.com/accueil.php?menu=mactualites&main=actualites

« L’image en mouvement et l’interactivité en question, Première Biennale sur le sujet de l’interactivité» École Européenne Supérieure de l’Image, Poitiers, 19 et 20 novembre.

http://www.ecrans.fr/L-image-en-mouvement-et-l,5708.html


« Le festival des 4 écrans »BNF et MK2 Paris, 16, 15, 16 novembre -Au menu, des programmes conçus à la fois pour le cinéma, la télévision, le net ou le mobile, mais aussi des ateliers et des débats autour des nouvelles technologies.

http://television.telerama.fr/television/et-un-et-deux-et-trois-et-quatre-ecrans,35866.php


Festival Européen des 4 écrans : les récompenses

http://television.telerama.fr/television/20136festival_europeen_des_ecrans_les_recompenses.php

http://fr.news.yahoo.com/50/20081116/tcu-festival-europen-des-4-crans-dcouvre-7630f86.html

Publications

BESSON, E. (2008). La République Numérique, Paris, Grasset & Fasquelle, 91 p

Ce livre se propose d’analyser comment le numérique est devenu un levier de progrès - à la fois culturel, économique et politique

http://www.politique-digitale.fr/la-republique-numerique-article00218.html

http://www.amazon.fr/R%C3%A9publique-num%C3%A9rique-Eric-Besson/dp/2246748011/ref=sr_11_1?ie=UTF8&qid=1226947008&sr=11-1

http://www.absolubuzz.com/news-1183-1-1.html (vidéo Eric Besson chez Ruquier)


« Numérique, comprendre les nouvelles technologies », Sciences et Avenir (2008.) numéro 156, hors-série novembre /décembre.

« Dossier numérique. L’an 2.0 des réseaux sociaux » (2008.) les Inrockuptibles, 11 novembre, p.43.

« Peut-on tout confier à Google », Le Monde 2 (2008.) numéro 248, spécial high tech, 14-15 novembre.

Posté par l3ideri2008 à 22:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Alix Devevey/Eugénie Di Leone

Nouveau commentaire