13 novembre 2008

Da Silva, Vassieux

Sommet WEB2.0 à San Francisco

Congrès réunissant les  professionnels  de l’industrie du Web

Al Gore au Sommet du Web 2.0
- Rôle d’internet dans la politique (ex : Barack Obama qui a fait une grande partie de sa campagne sur Internet et récemment qui a décliné son slogan de campagne en site gouvernementale : change.gov, avec un record d’audience le jour de son élection pour les sites d’information)
- « l’internet va devenir une force aussi puissante que la démocratie » : cette force doit être mise au service de la sauvegarde de l’environnement, d’un changement social.

Les inconvénients liés au Web 2.0
Risque d’envahir Internet d’informations inutiles
Doute quant à la qualité, la fiabilité et à la pertinence de l’information
Confusion chez les internautes : ils sont aveuglés face à cette surcharge d’information
Nécessité de filtrer l’information

Interopérabilité
Discussion entre Google, Microsoft, MySpace et Facebook à propos de l’interopérabilité et de l’ouverture de leurs plateformes. Ceci permettrait d’après eux d’apporter des outils aux éditeurs, développeurs et utilisateurs pour créer de nouvelles applications.

Vous pouvez consulter les vidéos sur les sessions du sommet Web2.0 à l’adresse suivantes :
http://fr.readwriteweb.com/2008/11/06/a-la-une/web-20-summit-retrouvez-les-sessions-sur-readwriteweb-tv/

Sources :
http://www.tipsfromthetlist.com/article3461.html
http://www.vnunet.fr/news/ambiance_ecolo_au_sommet_du_web_2_0-2029272
http://www.vnunet.fr/news/web_2_0_gare_a_la_surcharge_d_information-2029246
http://www.come4news.com/sur-et-mal-information-408435
http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-google-microsoft-myspace-et-facebook-parlent-interoperabilite-27376.html
http://www.vnunet.fr/news/barack_obama_decline_son_slogan_de_campagne_en_site_gouvernemental-2029267
http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39384693,00.htm

Création du CNN : conseil national du numérique

Présentation
Projet d’Eric Besson, qui veut créer une instance unique de régulation de l’internet au premier janvier 2009.
L’objectif est de rationaliser la gouvernance de l’Internet français pour aller vers une meilleure organisation, et une plus grande efficacité.  Il s’agit de fusionner les différentes structures (plan France numérique 2012) pour créer un pôle unique des structures de régulation de l’Internet.
Le CNN doit regrouper les attributions de divers organismes liés à internet et aux technologies de l’information (CTA : conseil supérieur de la télématique, CST : conseil supérieur de la télématique, CCI : conseil consultatif de l'Internet, CSTI : conseil stratégique des technologies de l'information, CCSTIC : comité de coordination des sciences et technologies de l'information et de la communication et FDI : Forum des droits sur l'Internet).

Les missions du CNN

- une fonction d'orientation stratégique de l'économie numérique en France organisant une concertation de haut niveau (responsables des principales entreprises du secteur et des PME innovantes) ;
- une fonction de concertation avec l'ensemble des acteurs du numérique conduisant, notamment, à l'élaboration de chartes d'engagements et de bonne conduite ;
- une fonction de vérification du respect de ces  engagements.
- mission d'information et de pédagogie vis-à-vis du grand public sur le cadre juridique et les risques de l'univers numérique.

Le CNN doit être établit pour janvier 2009, or le gouvernement ne prend aucune mesure, aucune initiative dans ce sens.

Les questions relatives aux CNN
Le FDI s’est réunit le 7 novembre dernier afin de discuter de ce futur CNN : budget, mode de financement, statut juridique :
- Budget annuel est estimé à 3millions d’euros
- Propositions pour le mode de financement :
- Augmenter les subventions publiques
- Affecter de nouvelles recettes publiques
- Demander aux acteurs économiques privés de l'Internet (opérateurs, éditeurs de services et contenus) de participer au financement

Sources :
http://fr.news.yahoo.com/16/20081107/ttc-une-taxe-sur-les-fai-l-afnic-et-le-w-c2f7783.html
http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/actualite/le-futur-conseil-national-du-numerique-patine.shtml

Loi « création et Internet » : réactions

Bruxelles soutient l’amendement européen hostile à la riposte graduée :

- 24 septembre : amendement 138 par le Parlement Européen, hostile au projet de loi Hadopi
- 30 octobre : Loi Création et Internet adoptée mais assouplie
- 7 novembre : La Commission soutient l’amendement 138
- Le gouvernement français sommé de s’expliquer devant le Conseil des ministres
- Le texte doit passer devant le Conseil Européen puis le Parlement de nouveau.

Le 24 septembre, le Parlement Européen adoptait un amendement hostile à la loi création et Internet et en particulier une de ses composantes : la création d’une autorité administrative qui avertie et sanctionne les internautes téléchargeant des contenus illégaux, l’Hadopi. L’amendement qui s’y oppose en quelque sorte est l’amendement 138, annonçant qu’ « aucune restriction ne peut être imposée aux droits et libertés fondamentaux des utilisateurs finaux sans décision préalable des autorités judiciaires". Certes le texte doit encore passer par le Conseil Européen et peut être encore une fois devant le Parlement pour une deuxième lecture, mais la Commission Européenne a tout de même décidé de faire connaître sa position.

En effet, le 7 Novembre, la Commission annonce dans un communiqué qu’elle respecte le vote du Parlement et par conséquent qu’elle accepte l’amendement. Rappelons que la Commission est à l’origine des textes à voter et que ce sont les députés qui les votent ou non, en y ajoutant ou non des amendements.

Ce communiqué concerne directement le projet de loi Création et Internet voté par le Sénat la semaine dernière et il demande au gouvernement français de venir s’expliquer devant le Conseil des ministres sur les mécanismes de l’Hadopi, le 27 novembre, à Bruxelles donc. Le vote du Conseil des ministres sera en effet la prochaine étape pour l’amendement 138. Un texte européen pourrait être adopté et entrer en vigueur seulement si le Parlement et le Conseil votent de la même manière, la Commission étant là pour concilier les avis des deux organismes si ils diffèrent. 

Par ailleurs, le président du directoire de la SACEM, Bernard Miyet, ne se dit pas inquiet de cet amendement tant que le Conseil des ministres européen ne s’est pas prononcé. Il semblerait, selon une information datant du 5 novembre, que Paris ait obtenu des autres pays européens que l’amendement 138 passe à la trappe (La Tribune).

Une chose est sûre, la SACEM tente de faire pression sur les députés avant l’examen du projet de loi Création et Internet prévu pour le début d’année 2009, en disant par l’intermédiaire de Laurent Petitgirard, président du conseil d’administration de la SACEM, que des milliers voire des dizaine de milliers de procédures seront lancées contre les internautes pirates si la loi n’est pas adoptée ou si elle est « vidée de son sens par trop d’amendements ».

Sources :
http://www.01net.com/editorial/391269/l-europe-compromet-le-plan-antipiratage-du-gouvernement/
http://www.01net.com/editorial/395263/bruxelles-soutient-l-amendement-europeen-hostile-a-la-risposte-graduee/
http://europa.eu/rapid/pressReleasesAction.do?reference=MEMO/08/681&format=HTML&aged=0&language=FR&guiLanguage=fr

A propos du piratage…

BitTorrent Incorporated subit une 2e vague de licenciement : la moitié de ses effectifs licenciée. On apprend quelques jours plus tard qu’Aswhin Navin, quitte sa présidence après 4 années, suite à de nombreux échecs commerciaux.
http://www.vnunet.fr/news/bittorrent_inc__prend_l_eau-2029273
http://www.numerama.com/magazine/11298-Le-president-de-BitTorrent-quitte-le-navire.html

Succès fulgurant en cette fin d’année pour The Pirate Bay qui se félicite des 22 millions d’internautes actifs au même moment.
Il y a un an : 8 millions de peers simultanés.
Il y a 7 mois : 12 millions
http://www.numerama.com/magazine/11289-The-Pirate-Bay-revendique-22-millions-d-utilisateurs-simultanes.html

Des éditeurs de logiciels P2P bientôt jugés en France : le tribunal de grande instance de Paris a accepté de poursuivre Azureus, Limewire et Shareaza, pourtant basés à l’étranger. Poursuivis depuis 2007 par la Société des producteurs de phonogrammes français (SPPF), les éditeurs de logiciels peer to peer vont maintenant voir la procédure s’accélérer suite au feu vert accordé au SPPF par le Tribunal de grande instance de Paris. Les éditeurs encourent trois ans d’emprisonnement et 300 000 euros d’amende si ils sont reconnus coupables.
http://www.01net.com/editorial/394997/des-editeurs-de-logiciels-p2p-bientot-juges-en-france/

Les pirates informatiques surfent sur la victoire d’Obama : ampleur médiatique internationale oblige, l’élection de Barack Obama a permis à des hackers de lancer des nouvelles attaques via des messages déguisés. Vous comptiez voir le nouveau président s’entretenir avec ses conseillers ou jouer dans un film pornographique…résultat, vous vous retrouvez piratés par les cybercriminels qui récupèrent via un programme vos adresses, coordonnées bancaires etc.…
http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/internet/d/les-hackers-surfent-sur-la-victoire-dobama_17291/

Le wifi prend de l’ampleur

- Augmentation de 46% des bornes wifi publique pour un usage professionnel au premier semestre 2008
- Changement dans son mode d’utilisation : utilisé de plus en plus pour des applications d’entreprises
- Raison : gains de productivité
- Risque de sécurité

Source :
http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-le-wifi-public-en-passe-de-devenir-une-extension-des-systemes-d-information-27358.html 

La sécurité des réseaux wifi contestée
Deux chercheurs en sécurité informatique Erik Tews et Martin Beck ont réussi à trouver une faille à la clé TKIP (Temporal Key Integrity Protocol) utilisée dans le protocole WPA, qui permet de lire les données transitant entre un routeur et un ordinateur, et même de les modifier. Ils ont trouvé le moyen d'obtenir en un quart d’heure les clés WPA censées sécuriser une connexion Wifi.
Pour la première fois, l'attaque n'utilise pas de méthode dite de "force brute" (tester un maximum de clés en un minimum de temps).
Selon Tews et Beck, l'attaque ne serait pas efficace sur les protections de type WPA2.
Ils dévoileront leur méthode lors de la conférence PacSec à Tokyo qui a lieu les 12 et 13 novembre à Tokyo (la conférence PacSec porte sur les solutions de sécurité informatique et est l’occasion de découvrir les innovations japonaises)
Ceci montre qu’aucune protection ne peut garantir la sécurité des données sur un ordinateur ou sur un réseau.

Sources :
http://www.numerama.com/magazine/11291-WiFi-la-protection-WPA-cassee-en-15-minutes.html
www.clubic.com/actualite-176358-securite-reseaux-wifi-cle-wpa-mal.html   
http://pacsec.jp/

Vers une norme unique pour les réseaux mobiles ?

- Normes pour les réseaux mobiles varient d’un pays à l’autre
- Nécessite une norme unique
- Qui augmente la capacité et le débit
- Qui favorise la croissance mondiale des activités télécoms

Afin de favoriser l’accessibilité aux réseaux Internet mobile des marchés développés, l’équipementier télécoms chinois Huawei annonce qu’il est nécessaire d’adopter un protocole de transmission commun, une norme unique, qui favoriserait la croissance mondiale des activités du domaine des télécoms. En effet, selon les pays, les normes et systèmes adoptés peuvent être différents, ce qui pose des problèmes aux abonnés lors de l’itinérance sur différentes zones.

Il s’agit donc de remplacer progressivement les anciennes normes encore actives (WLAN, WiMax, WCDMA, GSM, CDMA…) par la technologie Long Term Evolution, ou LTE, un protocole 4G qui viserait à augmenter la capacité et le débit, ainsi que d’améliorer la latence (temps minimal de propagation d’un signal), nécessaire pour les applications de voix sur IP et de jeu. C’est un système entièrement IP basé sur la nouvelle technologie de modulation OFDM et d’antenne MI/MO.

Internet se développe donc de plus en plus sur les mobiles, avec une connectivité qui tend à devenir plus performante, mais n’oublions pas les pays en voie de développement, qui dispose bien souvent d’une connectivité la plus basique, si ce n’est inexistante.

Source :

http://www.vnunet.fr/news/reseaux_mobiles_huawei_prone_la_necessite_d_une_norme_unique-2029263

Loi sur la diffamation sur le web

Diffamation : « allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération d’une personne ou d’un corps auquel le fait est imputé », le Grand Larousse Universel.

Débat sur le délai de prescription concernant le délit de diffamation via Internet.
La diffamation par Internet et par voie de presse doivent-elles subir le même régime ?

Situation jusqu’au 4 novembre 2008 : dans les deux cas le délai de prescription est de 3 mois.

Projet de loi proposé le 22 juillet 2008 par la députée UMP, Marie-Jo Zimmermann : étendre le délai de prescription du délit de diffamation par Internet à un an.

Pourquoi :
- La dispersion de l’information sur internet rend difficile la découverte des propos diffamatoires par les principaux concernés (c’est-à-dire les victimes)
- L’information sur Internet est diffusée beaucoup plus longtemps que sur les autres types de supports
- Donner le temps aux diffamés de poursuivre en justice les auteurs

Objectifs :
- protéger les victimes diffamées
- engager la responsabilité des auteurs de propos diffamatoires devant les tribunaux
- limiter les effets pervers de l’Internet

Proposition de loi adoptée par une grande majorité au Sénat le 4 novembre 2008.
La durée de prescription prend désormais effet pendant un an à compté de la date de mise en ligne des articles. 
Cette loi n’est effective que pour la publication sur Internet. Les médias traditionnels (presse écrite et audiovisuelle) sont toujours soumis à une prescription de trois mois ainsi que les médias ayant un site internet (ex : le monde, RTL, France2)

Sources :
http://www.01net.com/editorial/387888/l-extension-de-la-prescription-pour-la-diffamation-en-ligne-/
http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39382804,00.htm
http://w3.infologique.net:8080/A119039.html
http://www.pcinpact.com/actu/news/47122-diffamation-injure-internet-presse-prescription.htm
http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39384752,00.htm

A quand le cinéma en ligne ?   

- Répression équilibrée du piratage suite à la loi « Création et Internet »
- Amendements pour une mise à disposition des films après leur sortie rejetés
- Un dialogue doit s’ouvrir entre les professionnels, pour un accord
- Christine Albanel réunit les professionnels

Après le vote consensuel du Sénat sur la répression équilibrée du piratage, on est en droit de se demander où en l’offre légale du cinéma en ligne. Tous les amendements visant à accélérer la mise à disposition des films après leurs sorties en salle ont été rejetés. La ministre de la culture Christine Albanel s’en remet à la concertation interprofessionnelle mais depuis un an, aucune concertation promise par les professionnels n’a eu lieu. Trois réunions organisées par le Centre National Cinématographique ont été annulées. Cette semaine, la ministre a convoqué toute la filière cinéma, afin de les inciter à trouver rapidement des accords. En attendant, les délais d’exploitation de la vidéo resteront identiques étant donné que l’UGC n’a aucune envie de les raccourcir à moins de six mois…

Selon la loi, l’internaute ne doit pas se laisser tenter par le piratage, malgré sa simplicité d’accessibilité. En revanche, les lois peinent à changer pour amener une offre légale sur Internet…

Source :
http://www.lepoint.fr/actualites-medias/cinema-en-ligne-albanel-convoque-les-professionnels/1253/0/289688

A ce sujet, YouTube et le maison Metro Goldwin Mayer viennet de confirmer leur accord de diffusion sur le portail Internet, de films et séries de l’éditeur…Le film légal en ligne se répand donc, du moins au Etats-Unis.

Source :
http://www.lemondenumerique.com/?p=6189

Conseil de l’UIT, Genève 12-13 novembre 2008

Union Internationale des Télécommunications : institution spécialisée des Nations Unies pour les technologies de l’information et de la communication. Il constitue un pôle de convergence mondial où se retrouvent pouvoirs publics et secteur privé, l’UIT aide le monde à communiquer, et ce dans trois secteurs fondamentaux : les radiocommunications, la normalisation, et le développement. L’UIT, qui est aussi l’organisatrice des manifestations TELECOM, fut la principale responsable de l’organisation du Sommet mondial sur la société de l’information. Il a son siège à Genève, Suisse, et compte 191 Etats membres et plus de 700 membres de secteurs et associés.

Mission: mettre les avantages des TIC à la portée des citoyens :
- réduire la fracture numérique,
- favoriser la croissance et le développement durable des réseaux de télécommunication et d'information et faciliter l'accès universel afin que tous puissent participer à l'économie et à la société mondiale de l'information et bénéficier de leurs avantages,
- améliorer les communications d'urgence aux fins de la prévention des catastrophes et de l'atténuation de leurs effets,
-élaborer des normes relatives à la création d'infrastructures pour fournir des services de télécommunication à l'échelle mondiale

12-13 novembre 2008 : session 2008 du Conseil à Genève
Deux thèmes de discussion :

1. Les technologies de l’information et de la communication (TIC) et le changement climatique
Constats : Les TIC jouent un rôle dans le changement climatique :
Les TIC sont un élément de cause du réchauffement de la planète
Les TIC proposent des solutions (ex : visioconférence)
Les TIC sont des outils pour la surveillance des changements climatiques
Objectif :
Examiner comment les TIC peuvent contribuer aux défis environnementaux

2. La cybersécurité
Constats :
Multiplication des cybermenaces, de la cybercriminalité
Difficulté à protéger les utilisateurs les plus vulnérables
Objectifs :
Agir au niveau international pour mieux lutter, c'est-à-dire apporter des solutions pour :
Détecter et gérer mondialement les cybermenaces
Régler les problèmes techniques et juridiques lié à la cybercriminalité étant donnée sa dimension mondiale
Protéger les utilisateurs, en particuliers les enfants
Promouvoir la cybersécurité à l’échelle internationale grâce à un cadre universel.

Sources :
http://www.itu.int/net/home/index-fr.aspx

Cybersécurité en Chine


De janvier à Octobre 2008, le gouvernement à lancé une action spéciale contre les informations nuisibles en ligne.
La police chinoise a découvert plus de 2,5 millions d’informations illicites :
- 1,6 millions sont liées à la pornographie
- 300 000 concernent des explosifs ou armes à feu
- 200 000 concernent des activités frauduleuses (escroqueries, jeux d’argent)
Le plus gros moteurs de recherche du pays a participé à l’examen de ces informations illicites
Plusieurs centaines de sites internet ont été sanctionné ou fermé.
Aujourd’hui le gouvernement chinois constate un réel déclin quant à la quantité d’informations nuisibles.

Sources :
www.french.xinhuanet.com

Appel d’offre du ministère de l’Education : « veille de l’opinion »

Le ministère de l’Education nationale et de l’enseignement supérieur veulent repérer les leaders d’opinion sur Internet, en réalisant une veille pendant un an sur les sites de syndicats, de partis politiques, d’associations, des blogs, réseaux sociaux etc.… Le but étant de décrypter les sources de débats et leur mode de propagation et d’anticiper les risques de contagion et de crise. Une volonté de surveillance générale que reprochent les enseignements au gouvernement.

Source :
http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-le-ministere-de-l-education-veille-sur-internet-et-inquiete-les-enseignants-27381.html

Google Street View s’étend

- Complément de Google Map, qui permet de voir une rue et ses habitants
- Débarque en France (Paris, Lyon, Lille, Toulouse, Marseille et Nice)
- Respect de la vie privée : visages floutés et participation des internautes
- Une autre manière d’envisager le crime sexuel ?

Le journal Vendredi s’est penché cette semaine sur Google street view, un complément de Google Map qui permet de se rapprocher au sol et de voir les moindres recoins d’une ville. Après son lancement aux USA en mai 2007, le service s’est étendu ces dernières semaines en France, en Espagne, et en Italie. 

A travers des photographies panoramiques, l’utilisateur peut ainsi découvrir une ville et ses habitants, à tel point que Google doit flouter voire censurer ses résultats au nom de la protection de la vie privée. Visages et plaques d’immatriculation sont ainsi floutés mais aussi des visages d’affiche, tel que celui d’Ingrid Bétancourt…Ceci parce que les logiciels de Google floute tout par défaut, en ne vérifiant rien.

En fait, ce sont les internautes qui sont sollicités pour un tel travail : les personnes qui se sentiraient espionnées, ou qui trouveraient des images inappropriées ont la possibilité d’écrire pour les signaler. A ce sujet, le site stopInternetpredators.org estime que Street View est une nouvelle menace, car les prédateurs sexuels peuvent reconstituer un chemin à distance, celui d’un enfant allant à l’école par exemple… Le site anti-pédophiles incite les foyers à réclamer la destruction des images de leur voisinage et de se rendre sur familywatchdog.us, un site qui piste les condamnés sexuels au moyen d’une carte et qui répertorie leurs coordonnées, leurs descriptions physiques, diverses données personnelles et leurs photos, non floutées bien évidemment.

Certes, l’initiative est respectable puisqu’elle vise à limiter les opportunités des prédateurs sexuelles sur Internet, elle pose néanmoins le problème du respect de la vie privée, que chacun doit pouvoir normalement prétendre…

Source :

Vendredi, N°4 – du vendredi 7 novembre au jeudi 13 novembre.

Audio et vidéo pour Gmail

La messagerie Gmail offre désormais un service de communication instantanée, audio et vidéo. La fonctionnalité de messagerie instantanée déjà présente sur Gmail, Google Talk, ne permet que de converser par micro et non par webcam interposées. Maintenant, Gmail propose une option téléphonie ou visiophonie gratuite semblable à Skype.

Sources :
http://www.vnunet.fr/news/gmail_prend_des_airs_de_skype_-2029288
http://www.01net.com/editorial/395858/gmail-s-enrichit-d-une-fonction-de-chat-audio-et-video/

Yahoo n’intéresse plus du tout Microsoft


Il en est fini des négociations, Microsoft n’est plus intéressés par le rachat de Yahoo. Et pourtant, lors de la conférence Web 2.0 à San Francisco, le P-DG de Yahoo Jerry Yang se montrait ouvert à la vente, mais pas à n’importe quel prix. A la clôture de la séance le 5 novembre, le titre s’affichait à 13,95 dollars pour une capitalisation de 19,45 milliards. Depuis le 1er janvier, sa valeur boursière a chuté de 40%. La dernière offre de Microsoft, le 14 juillet dernier, était de 33 dollars par action, trop peu pour Jerry Yang, qui en exigeait au moins 37 dollars.
Après le double échec Google et maintenant Microsoft, comment va s’en sortir Yahoo ? L’avenir nous le dira…Ce qui est certain, c’est que cette année Yahoo a annoncé deux vagues massives de licenciement, dont la dernière correspond à 10% de ses effectifs, soit environ 1500 personnes.

Sources :
http://www.vnunet.fr/news/yahoo_jerry_yang_estime_qu_un_rachat_par_microsoft_reste_la_meilleure_option-2029249
http://www.vnunet.fr/news/yahoo_n_interesse_vraiment_plus_microsoft__assure_steve_ballmer-2029264
http://www.vnunet.fr/news/yahoo_annonce_une_nouvelle_vague_massive_de_licenciements-2029074

Une table de brainstorming branchée sur le web

La société japonaise Kayac en collaboration avec des chercheurs du laboratoire Inakage de l’université de Keio, a mis au point un “bureau créatif”, c’est-à-dire une pièce pour favoriser le brainstorming en stimulant les participants de données et d’images puisées sur le web en fonction de leurs propos. Le système, baptisé Kage Roi, fonctionne à partir d’un logiciel de reconnaissance de la parole qui écoute la réunion pour identifier des mots clefs dans les propos échangés, et projeter des informations et des images relatifs à ces mots clefs puisés sur le web. La “cage” est également dotée d’un système lumineux qui fait évoluer la luminosité en fonction de l’humeur des participants ou de l’évolution de la réunion.

Source :
http://www.internetactu.net/2008/11/06/la-table-de-brainstorming-branchee-sur-le-web/

Free va bien

- Acquisition d’Alice au sein du groupe Iliad (Août 2008)
- Augmentation du nombre abonnés ADSL : 4 millions au total
- Augmentation du chiffre d’affaire
- Free redevient le FAI n°2 en France, abonnement ADSL

La semaine dernière, on vous parlait de Darty qui peine à augmenter son nombre de client. Et bien cette semaine, on apprend qu’au contraire, Free et l’acquisition d’Alice au sein de la maison mère Iliad, a porté ses fruits. 4,1 millions d’abonnés ADSL au troisième trimestre (dont environ 850 000 sous la marque Alice) et 32,4% de nouveaux abonnés, soit 141 000 clients de plus en 3 mois.

Résultat : Iliad vient de récupérer la deuxième place du podium des FAI français en nombre d’abonnés ADSL (derrière Orange, avec 8,08 millions d’abonnés). Son chiffre d’affaires reflète évidemment l’acquisition d’Alice, puisque entre les troisièmes trimestres 2007 et 2008, il a augmenté de 30,2% mais il aurait tout de même enregistré une hausse de 17% sans compter cette acquisition.

Autre satisfaction pour Free et ses investisseurs : l’augmentation du revenu mensuel moyen par abonné, ou « Arpu », qui permet de réaliser un chiffre d’affaire de 36,4 euros par abonné, soit 1,10 euros de plus que l’année 2007. Le client Alice, qui rapporte moins (pour l’instant) devrait rapporter un « Arpu » de plus de 30 euros au prochain trimestre, si l’on en croit les ambitions d’Iliad qui ne connaît visiblement pas la crise…

Sources :
http://www.01net.com/editorial/395157/free-depasse-les-4-millions-de-clients-adsl-grace-a-alice/
http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39384702,00.htm

Posté par l3ideri2008 à 00:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Da Silva, Vassieux

Nouveau commentaire